Planète Cinéphile

Cette semaine

65EME MOSTRA DE VENISE




Treize des 21 films en lice pour les prix remis le 6 septembre par le président du jury, le cinéaste allemand Wim Wenders, ont été dévoilés.

Peu d'entre eux ont séduit, cette 65e édition s'avérant à ce stade plutôt décevante, estiment nombre de critiques.
Lundi, le film d'animation "Ponyo on the cliff by the sea" du Japonais Hayao Miyazaki, arrivait en tête des avis positifs, tant des critiques que du public, compilés par Ciak, le magazine du festival.
Troisième des quatre films italiens en compétition cette année - ce qui en fait une sélection trop "nationaliste", a critiqué l'hebdomadaire allemand Der Spiegel -, "Birdwatchers", de l'Italo-argentin Marco Bechis, a été bien reçu.

Une barque glisse en silence sur une rivière, au coeur d'une forêt du Mato Grosso du sud, à la frontière entre le Brésil et le Paraguay.
Des touristes y observent aux jumelles un groupe d'Amérindiens, le visage peinturluré de rouge et l'arc à la main, sur la rive.
Ils se dévisagent en silence, puis les Amérindiens s'en retournent dans la forêt... où ce petit numéro ethnographique est rétribué, tandis que les peintures rituelles disparaissent sous des jean's et des tee shirts.
Cette scène liminaire donne le ton: "Birdwatchers" montre l'envers de l'exploitation, mais aussi la fascination réciproque qui, dans la région, lie les Guaranis aux descendants de colons aujourd'hui propriétaires de vastes exploitations de soja transgénique.
Le film suit la révolte menée par le chef Nadio (Ambrosio Vilhalva) qui après le suicide de deux adolescentes, décide de retourner avec quelques familles, sur la "terre des ancêtres".
Ils campent le long d'une vaste propriété terrienne ou fazendeira, et sont bientôt surveillés jour et nuit, par un employé armé.
Evitant tout manichéisme, Marco Bechis dépeint finement le face-à-face qui s'instaure, fait d'intimidations et d'esquives mais aussi de tentatives d'approche, en particulier l'idylle entre Osvaldo (Abrisio Da Silva Pedro), l'apprenti shaman, et la fille du propriétaire.
Il montre l'impasse où se trouve une population privée de la forêt, aujourd'hui rasée, qui lui permettrait de vivre selon leur culture ancestrale.
La musique baroque du film a été composée au XVIIIe siècle par un missionnaire jésuite venu christianiser les Guaranis, a expliqué le cinéaste, qui a enquêté avec le concours de l'ONG Guarani-Kaiowa Survival.
"Les Guaranis-Kaiowa ont survécu à l'un des plus grands génocides de l'Histoire", a affirmé Marco Bechis, auteur en 1999 de "Garage olimpo" qui évoque les tortures perpétrées par la dictature argentine (1976-1983).
Lundi la Mostra a découvert deux autres films en compétition.
"Milk" des Turcs Semih Kaplanoglu et Melih Selçuk, suit Yusuf, un garçon doué pour la poésie qui vit avec sa mère veuve et l'aide à faire des fromages, à la campagne.
Lent et très inégal, "Milk" a découragé une partie de l'audience, déjà clairsemée, de la projection de presse, en multipliant les plans "auteuristes": mise au point volontairement floue, éblouissante lumière électrique en gros plan pendant plusieurs minutes...
L'Américain "Vegas: based on a true story" d'Amir Naderi, suit la dérive d'une famille modeste de Las Vegas, persuadée d'avoir un trésor enfoui dans le jardin. Cette petite tragi-comédie originale se prêtait davantage à un court-métrage.



Courtesy of AFP

Partager cet article