Planète Cinéphile

Cette semaine

5 QUESTIONS A ... JEAN-PIERRE GIMENEZ

JP Gimenez

 

 

"5 Questions à ...", deuxième ! Et pour ce second entretien cinéphilique, nous prenons la direction de Lyon, pour faire la rencontre du plus emblématique des directeurs et programmateurs de festival de cinéma asiatique en France. La discussion se lance autour de spécialités culinaires chinoises, le tout agrémenté d'un bon Bourgogne ...

 

 

Bonjour Jean-Pierre, pourriez-vous brièvement vous présenter ?

 

"Bonjour à tous, je m'appelle Jean-Pierre Gimenez. Je suis directeur et programmateur du festival de cinéma asiatique de Lyon (France) depuis 18 ans. J'ai découvert le cinéma (asiatique) à l’âge où d’autres échangent leur premier baiser. Grâce au ciné-club de Claude Jean-Philippe le vendredi soir sur Antenne 2, j'ai nourri ma cinéphilie naissante en dévorant film sur film. A 12 ans, je découvre l’univers des salles obscures – et, depuis ne l’a plus quitté. «Les doigts d’acier qui tuent» était un film de karaté made in Hong Kong, aujourd’hui on dirait de kung-fu, voire de wu xia pian - j'ai presque tout oublié sauf les scènes de baston jubilatoires qui me faisaient sauter de mon siège ! En sortant de la salle, c’était décidé, j'allais me mettre aux arts martiaux. Après un passage sur le tatami, j'ai compris qu’il serait beaucoup moins compliqué de prendre un billet pour Hong Kong, voire d’organiser un festival de cinéma. Directeur fondateur du Festival Cinémas & Cultures d’Asie, puis d’Asian Connection qui se déroule chaque année en octobre ou novembre à Lyon. Ma passion pour l’Asie m’a amené à lancer il y a 18 ans Asiexpo, une association qui organise des événements asiatiques (festival, convention manga, expos, …) et à éditer «Asian Connection» une collection de livres et de DVDs. Depuis 2011, je suis devenu producteur de films indépendants et ai lancé Asiexpo TV, une plateforme de Vidéo à la demande."

 


Racontez-nous votre expérience en qualité de programmateur de Festival. Comment tout a débuté ?


"Je dois avouer que les premières années du festival, je ne connaissais rien au métier de programmateur. Mais comme il n'y a pas de bon festival sans (bons) films, j'ai dû m'y mettre. Heureusement, des personnes de l'industrie cinématographique m'ont aidé et conseillé. Obtenir des films est un véritable sport qui demande du temps, de l'engagement et de la ténacité. Il faut être partout et se faire connaître, rencontrer les distributeurs et les producteurs, connaître les dates de sortie des films et ensuite se battre pour les obtenir car les bons films sont demandés par tous les festivals, surtout les plus importants comme Cannes, Venise, Berlin, Rotterdam ou Pusan. Je choisis les films qui me plaisent mais aussi des films qui peuvent plaire au public, même si j'adore les surprendre, il ne faut jamais oublier que derrière chaque film il y a un public. Il y a 3 ans, j'en ai eu marre de ces concessions et de ces batailles incessantes pour obtenir des films, j'ai donc lancé Asian Connection en voulant montrer des films indépendants asiatiques dont personne ne parlait, le public est passé de 15 000 à 1000 ! Est-ce que le public est moins cinéphile ? Oui certainement, mais surtout moins curieux. On le voit dans le monde de la culture, ce qui marche est ce qui est estampillé, reconnu ... et avec d'énormes subventions et partenaires."


 

Intw1.png

 

 

Cette année vous lancez le 1er Festival du Cinéma Asiatique en ligne. Expliquez-nous le concept.


"Il y a 5 ans que nous pensons le projet. En novembre 2011, lorsque nous avons lancé asiexpo TV, notre plateforme VOD dédiée au cinéma asiatique, notre objectif était aussi de lancer notre festival. Nous essayons de reproduire sur internet le concept d'une séance de cinéma en salle. Pas évident quand on visionne un film depuis son ordinateur, sa télévision, son smartphone ou sa tablette. Chaque jour pendant une semaine, un film sera disponible pendant 24 heures, il suffit de payer à la séance (3 euros) ou à l'abonnement 9,90 euros pour les 7 films (abonnement qui donne en plus accès à tous les autres films présents sur asiexpo TV). Le public va voter en donnant une moyenne, dimanche 14 octobre, la meilleure moyenne permettra à un des 7 films sélectionnés de remporter le Grand Prix du Public."

 

 

Y a-t-il de grands thèmes qui se dégagent de cette sélection 2012 ?


"J'adore cette sélection car elle est très éclectique, les 7 films sont tous originaux et inédits, 7 petits bijoux à découvrir. C'est la première fois que nous programmons deux films iraniens, dont une comédie et un film du Kurdistan iraquien, un petit pays que personne ne connaît  mais qui a visiblement au moins un réalisateur de talent. Au programme, il y a aussi deux films coréens dont un assez dur sur l'adoption et l'autre plus léger mais tout aussi passionnant avec plusieurs histoires imbriquées les unes aux autres, un film japonais d'Hiroshi Toda un réalisateur très prolifique que nous programmons chaque année et un film indien qui démonte l'engrenage du terrorisme."

 

 

Pour finir, une production asiatique récente à nous recommander ?


"En fait, il y en 7, ce sont mes sept derniers coups de coeur et ils sont dans la programmation du festival. A retrouver à l'adresse suivante : http://www.asiexpo.com/festival/festival.html" 

 

 

Intw2.png

 

Propos recueillis par Nicolas Cabellic

Partager cet article