Planète Cinéphile

Cette semaine

BACK 2 CLASSICS : "DUEL" (1971)

Duel-poster-copie-1.jpg

 

 

Inspiré d'une nouvelle de Richard Matheson (à qui l'on doit quantité de classiques de la science-fiction), "Duel" était à l'origine, un téléfilm commandé par ABC pour ses "Week-End Movies". Derrière la caméra, un jeune réalisateur de vingt-cinq ans qui avait fait ses premières armes dans les séries télévisées (notamment "Columbo") y montrait son talent. Il se nommait Steven Spielberg.

 

Sur un pitch minimaliste (le conducteur d'une voiture est harcelé par un chauffeur routier dont on ne sait rien et qui tente de le tuer), avec un budget ridicule même pour l'époque, celui qui n'est à l'époque qu'un metteur en scène débutant réalise son premier chef d'œuvre, qualifié par François Truffaut de premier film modèle. 

 

Tenant à la fois du western et du thriller hitchcokien, ce qui était un téléfilm eut finalement les honneurs d'une sortie en salles sur le territoire européen (en 1972), pour y rencontrer un succès plus qu'honorable au vu de son budget minimes. "Duel", malgré son format télévisuel (et donc une image en 4/3) porte déjà l'empreinte de son réalisateur.


 

duel7.jpg

 

 

Dans ce premier film (puisqu'il faut le considérer comme tel), on retrouve déjà le style de Spielberg, tant d'un point de vue technique que narratif. Steven Spielberg immerge son spectateur dans une poursuite infernale, terrifiante parce qu'elle n'a finalement aucune raison d'être. Porté par l'interprétation au cordeau de Dennis Weaver (repéré dans "La Soif Du Mal" d'Orson Welles), "Duel" malmène son spectateur sur un scénario des plus simples (voire simpliste), prouvant que la mise en scène peut générer l'angoisse à elle seule.

 

Le talent dont il fera l'éclatante démonstration dans ses films suivants est déjà perceptible dans "Duel", thriller psychologique  que n'aurait pas renié Hitchcock, référence à peine cachée du jeune cinéaste.

 

Suite au succès de "Duel" , Steven Spielberg réalisera son premier long-métrage pour le cinéma, "Sugarland Express", avant de créer la notion même de blockbuster avec "Les Dents De La Mer". Une légende était née ...

 

 

 

Remerciements à Laurent avec "Deuxième Séance" (http://deuxiemeseance.blogspot.fr)

Partager cet article