Planète Cinéphile

Cette semaine

BACK 2 CLASSICS: "LA GRANDE ILLUSION" (1937)

BACK 2 CLASSICS: "LA GRANDE ILLUSION" (1937)

A quelques jours de l'Armistice du 11 novembre 1918, il est salutaire de revenir sur l'un des plus grands films français, réalisé par Jean Renoir, cinéaste majeur de l'entre-deux-guerres. "La Grande Illusion" du titre, est sans doute celle de la paix entre les peuples et les classes sociales, celle aussi qui fit croire à certains que la guerre de 1914-18 pouvait réellement être « la der des ders ». Cette illusion volera en éclats quelques années plus tard, en 1939.

Pour ce film au propos plein d'humanité, Jean Renoir met en scène Jean Gabin et Pierre Fresnay, ainsi qu'Erich Von Stroheim, imposé par la production (et pour lequel il devra modifier le scénario). L'histoire, on la connaît, est celle de soldats français faits prisonniers par l'armée allemande, cherchant à s'évader de la prison tenue par un officier d'un autre siècle. Avec sa gouaille, Jean Gabin  (qui incarne là le seul personnage présent du début à la fin du film) obtient l'un de ses plus grands rôles, face à Fresnay et Von Stroheim, deux monuments du cinéma. Notons aussi la présence au générique de Marcel Dalio ou de Julien Carette.

BACK 2 CLASSICS: "LA GRANDE ILLUSION" (1937)

Entre le titi parisien et l’officier, entre le français et l’allemand, les rapports de forces établis depuis des siècles semblent inébranlables et, malgré le contexte fédérateur de la guerre, jamais le fossé entre les hommes ne sera comblé. Là aussi, on peut parler d'utopie, d'une illusion qui sera cultivée jusqu'à la séquence finale du film, puisque Renoir laisse le spectateur imaginer ce que deviennent les évadés quittant enfin l'Allemagne.

Désabusé et souvent amer, le film de Renoir pose pourtant un regard humaniste sur ses protagonistes, bien qu’étant sorti dans un contexte où les bruits de bottes se faisaient déjà entendre en Europe. Pacifiste, "La Grande Illusion" sera interdit en Allemagne, puis dans la France de Vichy, bien qu’ayant connu un énorme succès populaire lors de sa sortie française. Pourtant, il est à noter qu'aucun des personnages du film n'est négatif : c'est l'humanité toute entière qui est victime des illusions que Renoir dénonce, tout en livrant un film accessible à tous et, pour faire court, indispensable à tout cinéphile qui se respecte.

Doté de multiples niveaux de lecture, "La Grande Illusion" a franchi avec allégresse les décennies, gagnant en puissance en traversant un siècle terrifiant, pour devenir un classique révéré par les cinéphiles du monde entier.

BACK 2 CLASSICS: "LA GRANDE ILLUSION" (1937)

Remerciements à Carlotta Films & Laurent avec "Deuxième Séance" (http://deuxiemeseance.over-blog.com)

Partager cet article