Planète Cinéphile

Cette semaine

BACK 2 CLASSICS : "LES OISEAUX" (1963)

Poster-The-Birds.jpg

 

 

Le quarante-huitième film d'Alfred Hitchcock, tirée d'une nouvelle de Daphné Du Maurier, fait partie de ses œuvres les plus célèbres. Considéré par bien des spectateurs comme un classique du film d'épouvante, "Les Oiseaux" est un film à part dans la filmographie du maître.

 

Pour sa troisième adaptation de Daphné Du Maurier (après "Rebecca" et "L'Auberge De La Jamaïque"), Hitchcock a consacré une grande part de son budget aux effets spéciaux et choisit délibérément de ne pas faire appel à de grandes stars. Les têtes d'affiche seront donc Tippi Hedren, jeune mannequin sans expérience, et Rod Taylor, essentiellement connu pour son rôle dans "La Machine A Explorer Le Temps" et récemment apparu dans "Inglourious Basterds".


En s'adjoignant les services du scénariste Evan Hunter (qui deviendra plus tard romancier sous le pseudonyme d'Ed McBain), Alfred Hitchcock réalise avec "Les Oiseaux" un film angoissant qui fit date dans l'histoire du septième Art. Mais ce film convoque aussi d'autres thèmes, souvent plus profonds, souvent proches de la psychanalyse. Ainsi, l'arrivée de l'héroïne, Melanie (dont le prénom fut choisie par Tippi Hedren en référence à sa fille, Melanie Griffith) dans la paisible communauté de Bodega Bay peut être vue comme l'élément déclencheur du chaos venu du ciel. Telle la pécheresse cite considérée comme responsable du châtiment, Melanie devra affronter sa punition, en s'offrant aux oiseaux (dans une scène souvent assimilée à un viol) pour que cessent les attaques.

 

 

Hitchcock-birds.jpg

 

La réalisation des "Oiseaux" fut un véritable tour de force, entre l'utilisation d'effets spéciaux encore artisanaux pour l'époque, et les tentatives de dressage des mouettes et corbeaux utilisés pour les scènes clés. Entre le  peu de docilité des oiseaux, les blessures des acteurs et l'état nerveux de l'équipe, le tournage du film fut un calvaire pour bon nombre de ses participants.

 

Gorgé de scènes devenues cultes, "Les Oiseaux" continue d 'étonner par la modernité de sa construction et son efficacité. En quelques images, Alfred Hitchock instaure un climat d'insécurité qui se communique rapidement au spectateur. Choisissant délibérément de ne pas expliquer la soudaine conduite agressive des oiseaux, le cinéaste crée un malaise diffus, qui reste tenace, même après la projection du film. Malgré sa fin déroutante pour l'époque (qui lui fut reproché par une partie de la presse et du public), Hitchcock réalisa avec "Les Oiseaux" l'un de ses plus grands films, et l'une des œuvres majeures du septième art.

 

 

 

 

Remerciements à Laurent avec "Deuxième Séance" (http://deuxiemeseance.blogspot.fr)

Partager cet article