Planète Cinéphile

Cette semaine

BACK 2 CLASSICS: "MISSION" (1986)

Mission.jpg

Palme d'Or en 1986, le deuxième film de Roland Joffé est resté dans la mémoire de nombre de ses spectateurs de l'époque. Alliant une beauté plastique inoubliable à la puissance d'une histoire intemporelle, "Mission", film à grand spectacle, propulsait son public dans l'Amérique du Sud du XVIIIème siècle, mais aussi dans les tréfonds de l'âme humaine et de la foi.

Pour son premier film, "La Déchirure" ("The Killing Fields" dans sa version originale) Roland Joffé avait bouleversé le public, narrant le périple douloureux d'un homme pris dans la guerre du Cambodge et le génocide commis par les Khmers Rouges. Avec son deuxième long métrage, il s'attaqua au délicat exercice de style du film historique. Tourné dans les décors sans pareil, dans des conditions souvent apocalyptiques (la plupart des membres de l'équipe contractèrent la dysenterie), le film n'en est pas moins grandiose et subjugue, encore aujourd'hui, par sa réussite sans pareille.

Se déroulant en Amérique du Sud, alors territoire de conquête pour les couronnes espagnole et portugaise, "Mission" traite de la rédemption de Mendoza, un mercenaire ayant commis l'irréparable et du combat du frère jésuite Gabriel, décidé à sauver les indiens Guaranis qu'il accueille dans la mission dont il a la charge. Contre toute attente, les deux hommes vont s'allier dans le conflit qui les oppose aux colons venus d'Europe.

 

Mission2.jpg

 

Porté par l'interprétation magistrale d'un casting hors normes au sommet de son talent (Robert de Niro, Jeremy Irons, mais aussi Aidan Quinn, Liam Neeson & Cherie Lunghi, pour ne citer que les plus connus), "Mission" est également resté célèbre pour la sublime partition musicale d'Ennio Morricone. Si la Palme d'Or attribuée au film fut accompagnée des sifflets de certains journalistes (voyant là, la victoire de l'argent sur l'art), son statut de chef d’œuvre est aujourd'hui incontestable. Alliant merveilleusement le fond et la forme, le métrage de Roland Joffé est la preuve qu'un film doté d'un budget confortable peut avoir autant d'âme qu'un film d'auteur et porter un message aussi fort.

Par la suite, hélas, Roland Joffé ne retrouva jamais le souffle épique qui habitait "Mission". Sa production suivante, "Les Maîtres De L'Ombre" fut un échec public, et ses films suivants (citons par exemple "La Cité De La Joie" et "Vatel") ne marquèrent pas le septième art autant que le fit "Mission". Ce long métrage magnifique restera donc sans doute comme le chef d’œuvre de son réalisateur.

Remerciements à Warner Bros. Pictures & Laurent avec "Deuxième Séance" (http://deuxiemeseance.over-blog.com)

Partager cet article