Planète Cinéphile

Cette semaine

BACK 2 CLASSICS : "PSYCHOSE" (1960)

Psychose-affiche.jpg

 

 

Aujourd'hui considéré comme l'un des plus grands films d'Alfred Hitchcock et comme un film de référence, "Psychose" fut pourtant accueilli de façon tiède par la critique américaine lors de sa sortie. Après "La Mort Aux Trousses" ou "Sueurs Froides", ce "petit" film terrifiant en noir et blanc avait, il est vrai, de quoi surprendre. Délaissant pour un temps les thrillers, le maître Hitchcock entraînait en effet son public dans l'épopée de Marion Crane, secrétaire ayant dérobé 40 000 dollars à son patron, échouant dans un motel tenu par l'étrange Norman Bates, jeune homme vivant sous la coupe d'une mère tyrannique.

 

Lorsque Hitchcock découvre le roman "Psychose" de Robert Bloch, il sait qu'il a trouvé le scénario de son prochain film. Après en avoir acquis les droits (anonymement), le metteur en scène va tenter d'acquérir tous les exemplaires du livre en circulation, afin de ménager les surprises que réserve l'histoire. A l'instar de ce qu'avait fait Henri-Georges Clouzot (pour les "Diaboliques"), Hitchcock décréta également que les spectateurs arrivant en retard lors des projections se verraient interdits d'entrée.

 

Psychose1.jpg

 

Quand on évoque "Psychose", on pense irrémédiablement à quelques scènes cultes. La séquence où Janet Leigh est assassinée sous sa douche, bien que durant à peine une minute, a marqué à jamais les esprits des cinéphiles et continue d'être étudiée dans les écoles de cinéma. Cette scène, qui nécessita 70 prises et sept jours de tournage, marqua par sa violence et surtout par le rôle qu'elle donnait au spectateur, placé en voyeur d'un meurtre sauvage. Et que dire de la scène où apparaît enfin la mère de Norman Bates, merveille d'inventivité et témoignage du génie de réalisateur d'Alfred Hitchcock. Enfin, parler de "Psychose" implique évidemment d'évoquer sa bande originale, réalisée une fois de plus par Bernard Hermann. Minimaliste mais diaboliquement efficace, la partition toute en cordes n'a pas fini de hanter les mémoires des cinéphiles et des mélomanes.

 

Le film "Psychose" donna lieu à trois suites et à un remake (plan pour plan identique) réalisé par Gus Van Sant. Hormis les innombrables références qui lui sont régulièrement faites, tous médias confondus, ce film quinquagénaire a également généré, tout récemment, une série télévisée ("Bates Motel"). En dépit des décennies passées, "Psychose" a gardé tout son impact et est devenu un classique du cinéma.

 

 

 

Remerciements à Laurent avec "Deuxième Séance" (http://deuxiemeseance.blogspot.fr)

Partager cet article