Planète Cinéphile

Cette semaine

CANNES 2014 : DIRECTOR'S CANNES #4

Director's Cannes

 

 

Ned Benson présente le premier film intéressant que j'ai pu voir à Un Certain Regard jusqu'à présent, The Disappearance Of Eleanor Rigby.


Tragi-comédie romantique qui raconte le destin d'un couple, qui se sépare après la mort de leur enfant : comment ils cherchent à se reconstruire chacun de leur côté, comment l'un cherche à oublier, l'autre à se souvenir, et inversement. Exposé comme cela, ça paraît bien tristounet, en vérité les dialogues, certes trop parfaits pour être vrai, mais très spirituels, donne au film un ton de comédie douce-amère.


La réalisation est classique pour ne pas dire banale, mais évite aussi bien les pièges des romances de Nora Ephron que celles des feel-good movies artificiels style 500 jours ensemble. On est plus proche d'un Happiness Therapy de David O. Russell, en mieux, avec un bébé mort à la place du concours de danse !


Surtout la grande force du film ce sont les performances d'acteur absolument inouï : Jessica Chastain, James McAvoy, Isabelle Huppert, qui joue la mère de Jessica Chastain (!), Willam Hurt son père, Ciara Hinds le père de James McAvoy, Viola Davis absolument hilarante en professeur de philosophie, à moitié psy. Tous sont touchant de vérité, Jessica Chatain nous serre la gorge durant tout le film et William Hurt nous achevé avec une simplicité déconcertant lorsqu'il raconte à sa fille comment, lorsqu'elle était toute petite, il a cru l'avoir perdue dans l'océan ...


Le plus joli film présenté à Un Certain Regard, je le disais, de part sa rénovation du genre de la comédie romantique, de part son travail de la question du deuil et du déni, mais une grammaire sans doute encore trop hollywoodienne pour prétendre au grand prix ou à la caméra d'or, à laquelle il est aussi nommé.

 

 

 

Courtesy of Le Festival de Cannes, Director's Cut & Variety

Partager cet article