Planète Cinéphile

Cette semaine

CANNES 2014 : "STARZ" (MARDI 20)

Cannes2014-15.jpegCannes2014-16.jpeg

 

 

"Maps To The Stars" de David Cronenberg & "Foxcatcher" de Bennett Miller, deux nouveaux films nord-américains, ont été projetés en compétition officielle, Lundi 19.


Deux ans après avoir présenté "Cosmopolis", David Cronenberg revient à Cannes avec "Maps To The Stars" (cartographie des étoiles), première réalisation tournée (en partie) aux Etats-Unis. Drame qui se déroule plus précisément à Hollywood, la ville des rêves, où se télescopent les étoiles : Benjie, 13 ans et déjà star; son père, Sanford Weiss, auteur à succès et coach des célébrités; sa cliente, la belle Havana Segrand, qu’il aide  à se réaliser en tant que femme et actrice. La capitale du Cinéma promet aussi le bonheur sur pellicule et papier glacé à ceux qui tentent de rejoindre les étoiles: Agatha, une jeune fille devenue, à peine débarquée, l’assistante d’Havana et le séduisant chauffeur de limousine avec lequel elle se lie, Jerome Fontana, qui aspire à la célébrité. Mais alors, pourquoi dit-on qu’Hollywood est la ville des vices et des névroses, des incestes et des jalousies ? La ville des rêves fait revivre les fantômes et promet surtout le déchainement des pulsions et l’odeur du sang. Avec ce nouveau projet, le cinéaste canadien David Cronenberg nous livre une vision apocalyptique du star système hollywoodien. Et il y parvient brillamment par la maîtrise technique de sa mise en scène qui emboite le pas sur un scénario tout simplement dément (jeu de puzzle). Très peu de reproches à formuler. Un possible prix d'interprétation féminine pour Julianne Moore. Critique acerbe de l'industrie hollywoodienne, en mode : force tranquille ! (Note : 4/5) - Actuellement en salle.

 

Première sélection pour le réalisateur américain Bennett Miller, venu présenté son nouveau long métrage intitulé "Foxcatcher". Inspiré d’une histoire vraie, ce drame raconte l’histoire tragique et fascinante de la relation improbable entre un milliardaire excentrique et deux champions de lutte. Lorsque le médaillé d’or olympique Mark Schultz est invité par le riche héritier John du Pont à emménager dans sa magnifique propriété familiale pour aider à mettre en place un camp d’entraînement haut de gamme, dans l’optique des JO de Séoul de 1988, Schultz saute sur l’occasion : il espère pouvoir concentrer toute son attention sur son entraînement et ne plus souffrir d’être constamment éclipsé par son frère, Dave. Obnubilé par d’obscurs besoins, du Pont entend bien profiter de son soutien à Schultz et de son opportunité de « coacher » des lutteurs de réputation mondiale pour obtenir – enfin – le respect de ses pairs et, surtout, de sa mère qui le juge très durement. (...) Entre la paranoïa croissante de du Pont et son éloignement des deux frères, les trois hommes semblent se précipiter vers une fin tragique que personne n’aurait pu prévoir. Drame US inspiré de faits réels, revu et corrigé par le réalisateur du très bon "Stratège" (Moneyball). Le scénario est la pièce maîtresse de cet objet filmique épuré, à la rythmique particulière qui s'estompe au fur et à mesure de son développement (progression du récit), caractérisé par la temporalité de ses dialogues - jusqu'au non-dit (échange de regards). Sorte d'imposture par le fait que le cinéaste s'applique, à chaque fois, à amener une intensité dramatique spécifique lors d'une séquence clé, mais infructueuse - tout tient dans une sorte de suspense énigmatique, à la mise en scène glaçante. Le grand tour de force du film repose en son casting et son duo d'acteur (Channing Tatum) - plus particulièrement, l'interprétation magistrale de Steve Carell. Oeuvre qui se veut trop solennelle, pesante et prétentieuse (Note : 3/5).

 

Demain, "Deux Jours, Une Nuit" des frères Dardennes & "Still Water" de Naomi Kawase - et pas de bonus exceptionnellement aujourd'hui, on file sur le voilier de Villa Schweppes !

 

 

 

 

Courtesy of Le Festival De Cannes, AFP & Villa Schweppes

Partager cet article