Planète Cinéphile

Cette semaine

CANNES QUOTIDIE 2012 : LES CAROTTES SONT CUITES (JEUDI 24)

20.jpeg

21.jpeg

 

Présentation en compétition officielle ce Jeudi 24 Mai, "The Paperboy" de Lee Daniels et "Post Tenebras Lux" de Carlos Reygadas.

 

Première sélection cannoise pour le réalisateur et producteur américain Lee Daniels ("Precious"), qui vient proposé au jury son nouveau long métrage, "The Paperboy". Une histoire située à la fin des sixties, en Floride, où l'on retrouve le personnal principal Ward Jansen, reporter au Miami Times, qui revient dans sa ville natale, accompagné de son partenaire d’écriture Yardley Acheman. Venus à la demande de Charlotte, femme énigmatique qui entretient une correspondance avec des détenus dans le couloir de la mort, ils vont enquêter sur le cas Hillary Van Wetter, un chasseur d’alligators qui risque d’être exécuté sans preuves concluantes. Persuadés de tenir l’article qui relancera leur carrière, ils sillonnent la région, conduits par Jack Jansen, le jeune frère de Ward, livreur du journal local à ses heures perdues. Fasciné par la troublante Charlotte, Jack les emmène de la prison de Moat County jusqu’aux marais, où les secrets se font de plus en plus lourds. L’enquête avance au cœur de cette Floride moite et écrasante, et révèle que parfois, la poursuite de la vérité peut être source de bien des maux … Un casting aux petits oignons (Nicole Kidman, Zac Efron, Matthew MacConaughey), une image périmée montée sur un rythme non assaisonné, cuisiné par un metteur en scène impertinent, le tout servi par un scènario tiède = une adaptation cinématographique flavourless (fade).

 

Trois films plus tard ("Japon", "Bataille dans le ciel", "Lumière silencieuse"), l'artiste mexicain Reygadas est de retour sur la Croisette pour la projection de son ultime projet intitulé "Post Tenebras Lux" ("Après les ténèbres, la lumière"). Au Mexique, Juan et sa jeune famille ont quitté la ville pour s’installer à la campagne. Là, ils profitent et souffrent d’un monde qui voit la vie différemment. Juan se demande si ces mondes sont complémentaires, ou bien s’ils s’affrontent inconsciemment pour s’éliminer entre eux. Lutte viscérale et Minotaure dans les bois, Carlos Reygadas rend hommage au cinéma d'Apichatpong Weerasethakul. Oeuvre "cinématographique" radicale et mystique, la plus expérimentale de toutes, projetée cette année à Cannes. Visuellement époustouflante par son onctuosité contemplative, la proposition imaginaire de l'auteur concède malheureusement à une intention confuse. Un essai (trop ?) singulier qui peine à convaincre.

 

 

EN BONUS

 

* Le projet du jour - Les comédiens français Léa Seydoux, Vincent Cassel et Gérard Depardieu joueront dans la prochaine adaptation du conte "La belle et la bête", a annoncé aujourd'hui Jérôme Seydoux, co-président de Pathé.


Léa Seydoux interprétera la Belle, alors que Vincent Cassel incarnera le prince maudit. Gérard Depardieu rejoint le casting pour incarner le père de la Belle, auteur de la découverte du château de la Bête. Réalisé par Christophe Gans ("Le pacte des loups"), le début du tournage est fixé à l'Automne prochain.

 

* Le rappeur et artiste Kanye West est venu présenté, en avant-première au 65ème Festival de Cannes, son "expérience d’immersion sur sept écrans", intitulée "Cruel Summer".

 

L'installation artistique (en partenariat avec le Doha Film Institute) raconte une histoire d’amour qui se déroule au Moyen-Orient et, qui s'inspire musicalement de l’album G.O.O.D. Music Compilation (écurie Kanye West). Le casting du court métrage est composé de Kid Cudi, Razan Jammal et Aziz Ansari. Découvrez ci-dessous les premiers clichés de la projection, le rappeur Jay-Z était présent parmi les spectateurs invités.

 

 

Cruel-summer2.jpeg

Cruelsummer2-copie-1.jpg

Cruelsummer3-copie-1.jpg

 

 

Courtesy of Le Festival de Cannes, AFP, Pathé & Nice Matin

Partager cet article