Planète Cinéphile

Cette semaine

CANNES QUOTIDIE 2012 : POLITIQUE MENT (MARDI 22)

14.jpeg

15.jpeg

 

"La part des anges" ("The angel's share") de Ken Loach et "Cogan - La mort en douce" ("Killing them softly") d'Andrew Dominik ont concouru ce Mardi 22 Mai, en sélection officielle.


Treize nominations plus tard, le cinéaste britannique Ken Loach (" Sweet Sixteen") nous présente, en compétition, "La part des anges". Robbie, Rhino, Albert et Mo échappent à la prison mais pas à des travaux d’intérêts généraux. Leur éducateur va les initier à l’art du whisky. Ils deviennent alors de véritables dégustateurs capables d’identifier les cuvées les plus exceptionnelles. Avec ses trois compères, Robbie va-t-il se contenter de transformer ce don en arnaque - une étape de plus dans sa vie de petits délits et de violence? Ou en avenir nouveau, plein de promesses ? Seuls les anges le savent … On retiendra surtout l'intelligence de la plume scénaristique de Paul Laverty, naviguant entre brûlot politique et farce utopique. Chronique actuelle divertissante, énergique et inspirée. Il y a fort à parier que cette comédie dramatique sera récompensée, Dimanche prochain (Prix du scénario ?). "La part des anges" sortira en France, le 27 Juin 2012.

 

Première présence sur la Croisette pour le réalisateur néo-zélandais Andrew Dominik ("L'assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford") avec son troisième long métrage, intitulé "Cogan - La mort en douce". Le film s'intéresse à l'histoire de caïds de la mafia, braqués au court d’une partie de poker illégale, et qui font appel à Jacki Cogan pour arrêter les coupables. Mais entre des commanditaires indécis, des escrocs à la petite semaine, des assassins fatigués et ceux qui ont fomenté le coup, Cogan a du mal à garder le contrôle de la situation … Une intrigue somme toute prosaïque pour un thriller de cette trempe (réglement de compte), mais qui sait tirer profit du roman "L'art et la manière" de George Higgins (1974), en le situant dans un contexte historique particulier (la crise financière et l'élection présidentielle américaine de 2008). A l'issue de la projection, Brad Pitt, co-producteur du film, expliquait : "Vous avez vraiment l'impression de regarder un film de gangsters (...) mais ce microcosme dit quelque chose sur le monde en général. C'était aussi une façon intéressante de se pencher sur la crise financière." Prestance maitrisée et cohérence du propos.

 

EN BONUS

 

* Après la présentation en compétition officielle de "Like Someone In Love", le cinéaste iranien Abbas Kiarostami a annoncé par le biais du producteur français Marin Karmitz (MK2) son prochain projet cinématographique qui s'intitulera : "Horizontal Process". Après la Toscane pour "Copie Conforme", Abbas Kiarostami retournera en Italie, au sud-est du pays (Pouilles), pour ce film au scénario encore inconnu. "Avec Abbas, vous ne savez jamais avant que les caméras ne commencent à tourner", a commenté Mr Karmitz.

 

 

Courtesy of Le Festival de Cannes, AFP, Variety & Relax News

Partager cet article