Planète Cinéphile

Cette semaine

CANNES QUOTIDIE 2012 : "TOUT EST POSSIBLE, MEME DIEU", RENAN (VENDREDI 18)

Seidl.jpeg

Reality.jpeg


Vendredi 18 Mai 2012, début du premier week-end avec deux nouveaux films en compétition officielle, "Reality" de Matteo Garrone et "Paradis : Amour" ("Paradies : Liebe") réalisé par Ulrich Seidl.

 

"Reality", nouveau long métrage du réalisateur italien Matteo Garrone. Troisième sélection en compétition officielle, après la Quinzaine des Réalisateurs, avec "L'étrange monsieur Peppino" (2004) mais surtout "Gomorra" qui aura valu à son auteur le Grand Prix, en 2008. "Reality"  raconte l'histoire de Luciano, un poissonnier napoletani, qui anime la vie d'un quartier grâce à ses talents de comique et de bonimenteur. Jusqu'au jour où celui-ci participe au casting de la plus célébre émission de télé-réalité italienne. Sa vie bascule et plus rien ne sera désormais comme avant. "Reality" s'apparente à une tragicomédie qui reflète une forme de conscience de la réalité sociale contemporaine. Flirtant avec le fantastique grâce, notamment, aux superpouvoirs musicaux d'Alexandre Desplat - sans oublier le songe d'un cinéma italien présent (Cinecitta, Federico Fellini), l'intéret principal du film réside dans le jeu des comédiens (mention spéciale à Aniello Arena). Une fable populaire italienne légère qui a, sans nul doute, ému le président du jury, Nanni Moretti. "Reality" sortira en France, le 22 Août 2012.

 

Cinq ans après le sulfureux "Import / Export", le cinéaste autrichien Ulrich Seidl revient faire un tour sur la Croisette, avec son dernier film intitulé "Paradis : Amour". Cette fois, le réalisateur s'intéresse au destin de trois femmes autrichiennes issues d'une même famille en quête d’épanouissement : la première part au Kenya pour y effectuer du tourisme sexuel, la seconde n’a que Dieu comme seul amour, la troisième souffre de surpoids et perd sa virginité dans un centre de thalassothérapie. Paradis: Amour s'intéresserait uniquement au sort de la première. Le titre de cette trilogie s'inspire de la pièce d'Ödön von Horváth, Foi, Espoir et Charité - ouvrant ainsi une trilogie cinématographique. RADICAL ? Oui. GROTESQUE ? Oui. CRUEL ? Oui. PARADISIAQUE ? Bah ... Non. Ce qui ne fonctionne pas dans ce film, c'est l'intention de l'auteur, la capacité à orienter le spectateur vers un message claire et précis. Alors formellement et pour faire court, c'est craignos les amis, mais le pire dans l'histoire c'est que ça existe ... vraiment - "Sugar Mama, referme-toi !"

 

EN BONUS

 

Ce soir, l’Agora a été le théâtre d’une soirée de soutien à Haïti organisée par l'acteur-réalisateur Sean Penn (J/P Haitian Relief Organization), le scénariste et réalisateur canadien Paul Haggis (Artists for Peace and Justice) ainsi que la mannequin tchèque Petra Nemcova (Happy Heart's Fund). Le comédien Sean Penn a appelé le président Barack Obama à soutenir son homologue haïtien Michel Martelly, en annonçant l'organisation de la soirée cannoise de collecte de fonds en faveur du pays dévasté par un puissant séisme en Janvier 2010.

Baptisée "Carnaval in Cannes", cette soirée, présentée par le couturier italien Giorgio Armani, devrait comporter un droit d'entrée conséquent et des ventes aux enchères. 
"Il est temps que notre très élégant et formidable président des Etats-Unis se tienne aux côtés de l'espoir incarné par le nouveau président Michel Martelly", a expliqué Sean Penn.

"Il y a une obligation humaine à aller aider Haïti", a-t-il ajouté tandis que Paul Haggis rappelait l'engagement de l'acteur-réalisateur dès les premiers jours après le séisme du 12 janvier 2010. "Ce ne sont pas seulement les célébrités qui ne sont allées à Haïti que pour une journée, c'est le monde entier, c'est l'ensemble des médias, vous tous !"

 

Haiti.jpeg

 

* Premières affiches teasers du long métrage américain "Des hommes sans loi" ("Lawless") de John Hillcoat, présenté en compétition officielle demain et qui sortira sur les écrans français, le 12 Septembre 2012.

 

Lawless4.jpg

Lawless3.jpg

Lawless2.jpg

lawless1.jpg

 

 

Courtesy of Le Festival de Cannes, AFP, The Weinstein Company & Metropolitan FilmExport

Partager cet article