Planète Cinéphile

Cette semaine

L'AUTRE SORTIE DE LA SEMAINE : "AMAZONIA"

Amazonia

 

 

Toujours très délicat d'évoquer quelques lignes à propos de projets cinématographiques qui représentent des années de travail pour des milliers de créateurs et d'artistes et qui seront injustement dévalorisés, le jour de leurs sorties, par leurs inégales distributions à l'échelle nationale et internationale.

 

Voici notre sélection des sorties en salles que nous vous recommandons cette semaine : "Hunger Games, L'Embrasement" de Francis Lawrence, "The Immigrant" de James Gray, "Avant L'Hiver" de Philippe Claudel, "Last Vegas" de Jon Turtletaub, "Wajma, Une Fiancé Afghane" de Barmak Akram, "Comment J'ai Détesté Les Maths" de Olivier Peyon, "La Sorcière Dans Les Airs" de Max Lang & Jan Lachauer, "Una Noche" de Lucy Mulloy, "L'Escale" de Kaveh Bakhtiari, la ressortie en salle de "La Bête Humaine" de Jean Renoir, sans oublier "Amazonia" de Thierry Ragobert !

 

"Amazonia" est un documentaire entièrement fictionnalisé, qui nous entraîne sur les traces d’un petit singe venu de la civilisation dans l’immensité de la forêt amazonienne. Tout est nouveau pour lui comme pour le spectateur qui découvre à travers ses yeux un monde inconnu. L’immersion est totale. Sensorielle. Étrange et fascinante. Tout comme dans son précèdent documentaire Thierry Ragobert, le réalisateur, ne souhaitait aucun dialogue et presque aucune présence humaine, "afin de brosser le portrait le plus juste et le plus pertinent de la forêt amazonienne". L’histoire fait la part grande à la beauté sauvage – et réelle (il est utile de le noter, à l’ère du "tout numérique") – des paysages et des animaux. L’histoire d’"Amazonia" peut se lire comme un conte où le héros démuni fait l’expérience sans cesse renouvelée d’un milieu auquel il doit s’adapter en trouvant en lui les ressources de sa survie.


amazonia2.jpg

 

"Amazonia", nous dit le réalisateur Thierry Ragobert, déjà auteur de "La Planète Blanche" en 2006, est un projet insensé qui aura mis 7 ans à naître, entre sa conception et sa sortie en salles.

 

Thierry Ragobert : "La production a réuni des biologistes naturalistes français et leurs homologues brésiliens pour leur expertise du pays. De plus, Araquém Alcântara, photographe brésilien grand spécialiste de l’Amazonie qu’il a parcourue pendant 25 ans nous a conseillé sur les zones à explorer. C’était une approche très pragmatique, caractéristique du documentaire, à laquelle je tenais. Nourris de cette documentation, trois scénaristes ont ensuite développé un récit sur lequel je suis intervenu, avec le coscénariste brésilien, pour la version définitive. Des voyages préparatoires, ainsi que de nombreux repérages ont été nécessaires pour préciser le projet, choisir les décors, étudier les diverses possibilités d’approche des espèces animales. Fort de cela, et au vu des contraintes techniques, j’ai ensuite dû opérer des choix, faire un tri, en confirmant ou non les séquences qu’on avait prévues au départ."

 

Synopsis : "À la suite d'un accident d’avion, un jeune singe capucin né en captivité se retrouve brutalement seul et désemparé au cœur de la forêt amazonienne. Il va devoir apprendre à se protéger de la férocité implacable d’une nature toute puissante. Sans repères et confronté aux mille et un périls de l'immensité verte, il lui faudra s’adapter à cet univers inconnu, grouillant, foisonnant, souvent merveilleux mais aussi étrange et hostile. Héros d'une extraordinaire aventure qui lui fera affronter non seulement ses semblables mais aussi des prédateurs redoutables, des végétaux toxiques et l'Amazone en crue,  il va entamer un long voyage qui lui permettra de découvrir enfin sa seule chance de survie: une place parmi les siens ..."

 

Sortie (France - 3D) : 27 Novembre 2013

 

 

Courtesy of Le Pacte

Partager cet article