Planète Cinéphile

Cette semaine

L'AUTRE SORTIE DE LA SEMAINE : "À LA MERVEILLE" ("TO THE WONDER")

A la merveille

 

 

Notre second choix éditorial de la semaine revient "À La Merveille" ("To The Wonder"), septième film de Terrence Malick (en incluant son court métrage "Lanton Mills", daté de 1969). Oeuvre dramatique qui entre davantage en raisonnance avec son précédent long métrage, "The Tree Of Life" (Palme d'Or à Cannes, en 2011), que l'on peut recouper sur de nombreuses thématiques et techniques cinématographiques (l'Amour, la Nature, la Religion, la Contemplation Mystique, le Silence, la Voix Off, l'utilisation de la Steadicam - voir making of ci-dessous) ainsi que par sa conception relativement proche en comparaison avec le reste de sa filmographie qui s'échelonne habituellement sur des durées plus longues (vingt années entre "Les Moissons Du Ciel" & "La Ligne Rouge"). Sans oublier la participation du comédien Ben Affleck au casting et que l'on découvre à l'image, juste après l'obtention de l'Oscar du Meilleur Film, cette année, pour "Argo". Voici, donc, quelques raisons valables pour lesquelles nous vous recommandons de voir "À La Merveille", et même si une large partie des critiques s'accorde à dire qu'il ne s'agit pas d'une oeuvre majeure du cinéaste américain - mais, ici beaucoup plus à servir l'intérêt de votre curiosité intellectuelle et nourrir votre essence cinéphilique. "Le moindre détail à son importance dans un film et plus généralement dans le septième art."

 

Le titre doit son nom au Mont Saint-Michel, surnommé également La Merveille. Terrence Malick a choisi cet endroit pour tourner une partie du film car il représente un espace entre ciel et terre, entre rêve et réalité, le lieu parfait pour situer une histoire d'Amour.

 

Ben Affleck résume " À La Merveille" de la manière suivante : "Ce film m’évoque davantage le souvenir, la réminiscence d’une vie qu’une histoire au sens où on l’entend d’ordinaire, comme une succession d’événements en temps réel dans l’existence des personnages. C’est un amalgame de moments impressionnistes ; le récit ricoche d’un moment à un autre dans la vie des personnages et les événements s’agencent d’une façon non linéaire – et cela reflète bien, je crois, la façon dont on se souvient des choses de sa vie. Cela a quelque chose d’hypnotique, d’étourdissant, c’est plus fluide que ne l’est la vie réelle", explique le comédien.

 

À propos de son rapport avec Terrence Malick, Ben Affleck poursuit : "J'ai plus appris en sept semaines sur "À La Merveille" avec Terrence que dans tout le reste de ma vie auprès d'autres réalisateurs. Terrence a un esprit tellement riche, tellement éclectique, avec des connaissances tellement étendues que la conversation aborde tous les domaines, de la musique à la philosophie en passant par la religion, les arts, la littérature ... Son approche du cinéma s'inscrit dans la plus grande tradition des arts."

 

Alors, irez-vous voir "À La Merveille" au cinéma cette semaine ? Nous vous laissons en compagnie des critiques de L'Express et de Studio Ciné-Live pour en décider ... ou pas !

 

Synopsis : "Même s’ils se sont connus sur le tard, la passion qu’ont vécue Neil et Marina à la Merveille - Le Mont-Saint-Michel - efface les années perdues. Neil est certain d’avoir trouvé la femme de sa vie. Belle, pleine d’humour, originaire d’Ukraine, Marina est divorcée et mère d’une fillette de 10 ans, Tatiana. Désormais, le couple est installé dans l’Oklahoma. Leur relation s’est fragilisée : Marina se sent piégée. Dans cette petite communauté américaine, elle cherche conseil auprès d’un autre expatrié, un prêtre catholique nommé Quintana. L’homme a ses propres problèmes : il doute de sa vocation ... Marina décide de retourner en France avec sa fille. Neil se console avec Jane, une ancienne amie à laquelle il s’attache de plus en plus. Lorsqu’il apprend que rien ne va plus pour Marina, il se retrouve écartelé entre les deux femmes de sa vie. Le père Quintana continue à lutter pour retrouver la foi. Face à deux formes d’amour bien différentes, les deux hommes sont confrontés aux mêmes questions."

 

Sortie (France) : 06 Mars 2013

 

 

 


 

Courtesy of Metropolitan FilmExport & L'Express (Studio Ciné-Live)

Partager cet article