Planète Cinéphile

Cette semaine

L'AUTRE SORTIE DE LA SEMAINE : "THE LAND OF HOPE"

The-Land-Of-Hope.jpg

 

 

Cette nouvelle semaine de sorties cinématographiques résume, à elle seule, l'esprit "Planète Cinéphile", en sélectionnant pour vous une comédie fantastico-dramatique, "L'Ecume des Jours" de Michel Gondry, le mastodonte US "Iron Man 3", sans oublier le nouveau long métrage du cinéaste japonais Sion Sono, intitulé "The Land Of Hope".

 

Bien que plusieurs documentaires aient déjà été tournés sur les événements désastreux de Fukushima du 11 Mars 2011, "The Land Of Hope" est la toute première fiction réalisée sur cette thématique.

 

Le réalisateur Sion Sono explique que l'évocation d'un projet de film sur le désastre nucléaire de Fukushima n'a pas provoqué l'engouement général : "Quand j’ai annoncé que je voulais faire un film sur l’accident de Fukushima, tout le monde s’est défilé. J’ai compris alors que le véritable sujet tabou au Japon n’était ni le sexe ni la violence mais le nucléaire", raconte-t-il.

 

Du fait de la difficulté du sujet, le metteur en scène Sion Sono n'a pas pu produire son film uniquement grâce à des financements japonais : "Au Japon, les producteurs me répondaient qu’ils ne pouvaient pas travailler avec moi parce qu’ils soutenaient le Parti libéral-démocrate (Jiminto, le parti qui a dirigé le pays durant près d’un demi-siècle et qui a lancé l’industrie du nucléaire au Japon) ou parce que le nucléaire était un sujet qui les gênait", déclare-t-il. Ainsi, 20% des capitaux investis dans le film proviennent de producteurs anglais et taïwanais.

 

Le réalisateur et artiste Sion Sono est un habitué des festivals depuis ses premiers films."The Land Of Hope" a notamment été projeté au Festival International du Film de Chicago, au Festival International du Film de Dubai, ainsi qu'au Festival International du Film de Toronto (TIFF), où il a remporté le prix NETPAC, récompensant un film asiatique.

 

Synopsis : "Un tremblement de terre frappe le Japon, entraînant l'explosion d'une centrale nucléaire.
Dans un village proche de la catastrophe, les autorités tracent un périmètre de sécurité avec une bande jaune qui coupe en deux la localité. Une sorte de ligne de démarcation absurde, entre danger bien réel et sécurité toute théorique.
Au sein de la famille Ono, les parents, âgés, choisissent de rester. Leur fils et son épouse acceptent d'être évacués pour fuir la radioactivité …"

 

Sortie (France) : 24 Avril 2013

 

 

 

Courtesy of Metropolitan FilmExport & Greenpeace

Partager cet article