Planète Cinéphile

Cette semaine

"LA CIBLE" - L'INTERVIEW EXCLUSIVE DE MICKAEL COHEN



Paris - 12 Septembre 2009, 20H57. J'entre dans la pizzeria qui se trouve à l'angle de l'avenue, au 327 Rue de Vaugirad, non loin du Daily Monop. Je rejoins toute l'équipe de la série "Entre Nous" organisée et animée par Madame Claire Desplat ("Passion Cinéma"). La longue tablée est bondée, il n'y a plus de place. Je m'assis alors à une table en face d'eux et jette un coup d'oeil à la carte. C'est alors qu'un type avec des lunettes entre dans le restaurant, se dirige vers moi, un sac à dos à la main. Il salue tout le monde et s'installe à ma table. Nous nous dévisageons, commençons à parler et c'est alors que je fais la connaissance de Mickael Cohen. Le feeling passe tout de suite entre nous et une certaine complicité "cinématographique" s'installe à la table ... Deux heures plus tard, je lui promet une interview pour "Planète Cinéphile". Aujourd'hui, elle est en ligne sur le site.


Planète Cinéphile :
"Salut Mickael ! Tout d'abord, pourrais-tu te présenter, et nous dévoiler ton parcours (études, précédents courts métrages) ?"


Mickael Cohen : "Salut à vous ! Je suis donc Mickael Cohen, je suis originaire de Marseille. Je n’ai jamais fait d’études de cinéma mais d’arts plastiques. Comme tout le monde en cours savait mieux dessiner, mieux peindre que moi, je me suis dis qu’il serait peut-être bon de me démarquer en proposant une autre pratique à mes profs. Comme je suis passionné de cinéma, je me suis dis pourquoi ne pas tenter la vidéo ! C’est comme ça que j’ai fais mon premier clip, "Recto | versO",  qui n’était qu’un vulgaire pompage d’un clip de Michel Gondry ("Sugar Water"). C’était en Février 2004. J’ai appris essentiellement en cherchant à faire comme mes réalisateurs préférés mais avec mes moyens et en regardant des bonus DVD. Petit à petit, les projets sont devenus de plus en plus travaillés et l’équipe s’est agrandie.


En 2005, j’ai réalisé mon premier court métrage qui était à l’origine un projet de fac, intitulé : « Intus, et in cute… ». Le film est à mi-chemin entre  "C’est arrivé près de chez vous" (de Rémy Belvaux, André Bonzel et Benoit Poelvoorde) , "Irréversible" (de Gaspard Noé) et "Le Projet Blair Witch" (de Daniel Myrick et Eduardo Sánchez), il était question d’un étudiant qui pète les plombs et qui se confie à une caméra un soir où tout va mal. Mon film avait beaucoup plu aux étudiants et aux professeurs. Je me souviens m'être dit : « Pourquoi pas tenter quelques festivals avec !? » et, ça a été le déclic, car j’ai eu de très bons retours des festivals et des festivaliers. Ce premier court métrage a remporté une dizaine de prix au total.


Puis, j’ai co-réalisé avec mon ami Thierry Lalain une grosse farce … "CLASH" : la bande-annonce d’un film d’action qui n’existe pas ! On a tourné pendant une semaine avec 50 personnes dans tout Marseille et avec tous les codes du film d’action. Le but était de faire croire à la sortie d’un vrai film. Nous avons fait des dossiers de presse que nous avons envoyés partout. Allociné, Canal + et même Unifrance  y ont cru, ce qui nous a permis de « créer le buzz » avant que ce ne soit la mode de le faire !
 

Lors de "CLASH", j'ai rencontré Eddy Benguedih qui est cascadeur professionnel. Son équipe (Massillia Stunt) cherchait à se faire connaître et voulait réaliser un clip de cascade par cascadeur. Donc, je me suis lancé dans l’action en réalisant une partie de leurs projets. Entre temps, j’ai monté mon association « Les Arts Vidéo – oneAgain films » avec Michel Bonneuil, nous aidons les jeunes porteurs de projets audiovisuels et artistiques à concrétiser leurs projets."



"Ton dernier court métrage en date s'intitule "La Cible", explique-nous ce projet."

"J’avais plusieurs scénarii écrits pour l’équipe d’Eddy Benguedih dans les tiroirs. Certaines idées pouvaient se rejoindre d’une histoire à l’autre. Eddy voulait faire une démo. Je lui ai alors proposé de faire un court métrage avec toutes les idées que j’avais depuis 4 ans. J’ai bossé une première version et la lui ai présentée. Il a accepté, on était le 2 Janvier 2009. J’ai lancé la préparation avec Michel Bonneuil le lendemain, pour tourner en Février. 

Le but était de faire autre chose qu’une simple démo et donc, de s’occuper de poser une histoire et des personnages. Je voulais aussi me donner les moyens de faire quelque chose de présentable et qui ressemble à un vrai film. Je voulais faire une sorte de James Bourne (James Bond + Jason Bourne), les deux grosses références en matière de film d’action. Pour se la jouer "film américain", on a même construit une grue de 3 mètres afin de faire quelques plans aériens.


 Au total, c’est 2 mois de préparation, 5 jours de tournage, 1 mois et demi de post-production, 50 personnes au total, tout ca pour moins de 500 € de budget.
J’ai pu présenter le film pendant toute la durée du festival de Cannes au Short Film Corner. Dailymotion l’a présenté en homepage pendant les vacances d’été et, aujourd'hui, d’autres festivals arrivent peu à peu." 

 
"Qu'est-ce qui a été le plus compliqué à mettre en place durant la fabrication du film (réalisation, production, acteurs) ?"


"Je n’ai pas eu de difficultés particulières sur le film en lui-même, car je suis assez chiant sur la préparation. Le tournage ne doit être qu’une simple formalité, la préparation étant la clé de voute d’un film, à mon avis. On a envisagé tous les soucis possibles avec Michel Bonneuil et Annabelle Didot pour n’avoir aucun problème lors du tournage. Mais on n’a pas prévu qu’on pouvait se blesser connement en courant ! Eddy (l’acteur principal) et moi-même avons trouvé sympa de nous faire une entorse chacun à nos chevilles respectives ... Cela dit, "La Cible" m’a permis de tirer des conclusions sur ma manière de travailler et les changements à faire pour mon prochain tournage. En tous cas, je mets l’action en standby pour le moment, pour aller vers d’autres types de projets."





"Comme nous sommes sur le site des passionnés de cinéma, pourrais-tu nous dévoilé tes principales références cinématographiques?"


"Y’en a beaucoup ! J’aime le travail de réalisateurs comme Christopher Nolan, Darren Aronofsky, David Fincher, Paul Greengrass, Jean-Pierre Jeunet, Mathieu Kassovitz, Gaspar Noé, Michel Gondry, Tom Tykwer, William Friedkin ... C’est très varié et il en manque ! J’aime m’intéresser aux inspirations des réalisateurs que j’apprécie. Cela me permet de mieux comprendre leurs démarches.


Pour mes études je me suis intéressé à tout ce qui était dans le rapport Réel-Fiction, donc j’ai pu voir quelques films ultra marrants comme "Cannibal Holocaust" (de Ruggero Deodato), "Salò ou les 120 journées de Sodome" (de Pier Paolo Pasolini),ainsi que l’intégrale de Gaspar Noé ("Carnes", "Seul Contre Tous", "Irréversible"). Puis,  j’ai vu "La Mort dans la Peau" (de Paul Greengrass), qui m’a laissé tout con. J’ai beaucoup aimé le côté reportage qui avait été donné au film. Ce qui m’a poussé à m’intéresser à cette manière de créer l’action.

Maintenant que j’ai bougé ma caméra plus qu’il n’en fallait, je voudrais la calmer un peu et lui donner une certaine aisance, donc je me décortique les films de Jean-Pierre Jeunet ("Le Fabuleux Destin d'Amélie Poulain", "Un Long Dimanche De Fiançailles"), le travail de Ron Fricke (je vous conseille de voir "Baraka") et dernièrement, j’ai flashé sur le boulot de Tarsem Singh ("The Fall"). Mais bon, la liste des inspirations n’est pas complète."



"Pour finir, quels sont tes futurs projets ?"


"Je bosse beaucoup en tant que premier assistant réalisateur et je m’occupe aussi de mon association. Mais, je souhaite bien entendu percer en tant que réalisateur donc j’essaye de monter plusieurs projets. Dans l'immédiat, c’est un clip de rock qui devrait normalement se tourner dans des décors naturels assez jolis, mais c’est encore en préparation, j’espère le tourner avant la fin de l'année.

Sinon, j’ai divers projets en écriture, qui vont du film fantastique, au film de guerre, en passant par le thriller et la comédie romantique pour les femmes de moins de 30 ans ... Je les écris avec des amis scénaristes, mais la question est : "Est-ce que ces histoires verront le jour ou pas ?" Donc, amis producteurs : "Montrez-vous !"



"Merci  Mickael, nous te souhaitons une excellente continuation."


"Merci beaucoup de votre attention et à très vite j’espère !"




 



Propos recueillis par Nicolas CABELLIC

Partager cet article