Planète Cinéphile

Cette semaine

LA BOBINE D'AUDE : "LE PHENOMENE PATTINSON PEUT-IL DURER ?"

Robert1.jpg


Chèr(e)s ami(e)s cinéphiles, je me présente Aude (aka dioxio2) - LA "female touch" de la rédaction de "Planète Cinéphile"et, à partir d'aujourd'hui, je vous proposerai à raison d'une fois par mois, mon bulletin d'humeur intitulé : "La Bobine d'Aude". Pour mon tout premier article j’aurais pu parler des Oscars qui approchent à grands pas ou décrypter la folie que les américaines ressentent en voyant Jean Dujardin. Non, au lieu de cela, j’ai décidé de parler d’un jeune acteur qui déchaîne les passions des midinettes tout en s’attirant dans le même temps les foudres des cinéphiles avertis : j’ai nommé Robert Pattinson !

 

Sujet sensible. Aujourd’hui, on ne peut pas déclarer : "J’apprécie Robert Pattinson ... sans passer pour une fanatique "Twilightassez désespérée, voire limite inquiétante. Hélas pour cet acteur, ses groupies en font des tonnes et sont capables de vous perforer le tympan lorsqu’elles se mettent à hurler des sons ultra aigus à chacune de ses apparitions. Dès qu’il se déplace pour promouvoir un film, c’est l’hystérie. La foule en liesse ne désire qu’une seule chose : le toucher, le sentir, voire même le lécher ou le mordre. Même Reese Witherspoon, sa partenaire dans "De l’eau pour les éléphants", a déclaré avoir été abasourdie par cette Pattinsonmania ... Cette foule en furie rappelle d’autres phénomènes. Il y a eu Mark Hamill ("Star Wars"), Orlando Bloom ("Le Seigneur des Anneaux" et "Pirates des Caraïbes"), Zac Efron ("High School Musical"), ou encore Hayden Christensen ("Star Wars"). Leur point commun ? Ils sont tous tombés dans les oubliettes car ils n’ont jamais réussi à se démarquer du rôle qui les a révélé au grand public et surtout, à dépasser leur image de sex symbol qui fait rêver les adolescentes. Certes, Harrisson Ford, Johnny Depp ou Brad Pitt n’ont pas connu le même sort. Si leur belle gueule a lancé la carrière de ces acteurs, leur talent a fait le reste et leur a permis de durer.

 

Qu’en sera-t-il de Robert Pattinson ? Son plus gros handicap reste "Twilight(oui, il existe bien des filles qui n’aiment pas "Twilight"). Pour être honnête, il est vraiment catastrophique en Edward Cullen. Certes, le scénario ne l’aide pas, ni ses partenaires qui sont tout aussi perdus que lui à l’écran. Les dialogues qu’il doit réciter sont navrants et insipides, la mise en scène est laborieuse et son maquillage ne le met pas en valeur. Je comprends que dans de telles conditions, il n’est pas facile d’interpréter un personnage qui, comble du comble, est déjà très fade dans les livres. Cependant, il est vraiment difficile de supporter un résultat si affligeant. Robert Pattinson donne l’impression de s’ennuyer royalement et d’être conscient du désastre cinématographique dans lequel il est embarqué. Sincèrement, j’ai souvent cru qu’il allait exploser de rire à l’écran face au ridicule des dialogues.

 

Robert2

 

Heureusement, il n’y a pas que "Twilightet c’est justement pour ça que j’ai choisi de parler de cet acteur pour mon premier article sur le site. Robert Pattinson a encore beaucoup à apprendre mais il ose. Dans "Remember Me", il retrouvait un rôle de jeune amoureux. Sa prestation n’était peut-être pas toujours parfaite mais contrairement à "Twilight", l’acteur y a révélé un jeu qui n’est pas dénué d’intérêt, surtout dans les scènes dramatiques. Puis, Robert est parti à la conquête du cirque et du coeur de la talentueuse Reese Witherspoon dans "De l’eau pour les éléphants". Assez lassée par la Pattinsonmania, je n’ai pas vu le film au cinéma et je l’ai découvert il y a seulement deux semaines. Je dois reconnaître que j’ai été agréablement surprise. La trame du film est classique, les thématiques familières mais le trio d’acteurs fonctionne très bien. Surtout, Robert Pattinson n’y est vraiment pas mauvais et il rend son personnage très attachant, armé de son sourire enfantin. Serait-il en train de prouver qu’il peut jouer autre chose qu’un beau vampire “plus-romantique-tu-meurs”.

 

Apparemment oui, puisque même David Cronenberg a choisi de lui donner sa chance en lui confiant le rôle principal de son prochain film : "Cosmopolis". Récemment, c’est Sofia Coppola qui a déclaré être très intéressée pour diriger l’acteur anglais dans son prochain long métrage, ce qui serait l’occasion pour lui de faire ses armes auprès d’une des réalisatrices indépendantes les plus en vogue.

 

Toutefois, rien n’est encore gagné et l’acteur doit faire ses preuves. Actuellement en promotion de "Bel Ami", présenté dans le cadre de la dernière Berlinale, Robert fait face à des critiques qui ne sont pas toutes élogieuses, son interprétation du héros de Maupassant, Georges Duroy, n’étant pas assez convaincante selon certains. De plus, malheureusement pour lui, il reste toujours un "Twilightdans les cartons ... Il prend déjà ses distances avec Edward Cullen, déclarant qu’il est désormais trop vieux pour continuer à l’incarner (au cas où les studios américains et l’écrivain Stephenie Meyer se lanceraient dans un cinquième tome). On sent qu’il n’attend qu’une seule chose : se débarrasser une bonne fois pour toute de son personnage vampirique. C’est en tous les cas ce qu’on peut lui souhaiter.

 

Au final, non, je ne suis pas une fan de Robert Pattinson. D’autres acteurs anglais de sa génération me plaisent beaucoup plus. Je pense par exemple à Andrew Garfield, Kit Harington, Eddie Redmayne ou Harry Lloyd. Cependant, je dois reconnaître qu’il a l’air assez sympathique et surtout, qu’il arrive à me faire passer un bon moment (en dehors de "Twilight"). J’espère qu’à mesure que ses fans grandiront, la folie qui l’entoure s’apaisera et qu’il réussira à fédérer un nouveau public autour de lui. Vivement "Cosmopolis!

 

cosmopolis.jpg

 

Remerciement à Aude (Dioxio2)

Partager cet article