Planète Cinéphile

Cette semaine

NIKON FILM FESTIVAL, 4EME EDITION !

NFF1.JPG

 

 

La 4ème édition du Nikon Film Festival s'est clôturée ce Lundi 10 Février 2014, au MK2 Bibliothèque (Paris), lors de la projection des dix films présélectionnés par le jury qui s'est suivie par la traditionnelle Remise des Prix.

Le festival, organisé par la célèbre marque d'appareils photographiques japonais, devient toujours plus populaire auprès des cinéastes en herbe. Ouverte depuis Septembre 2013, cette 4ème édition enregistre une progression de la participation de + 63% par rapport à l’édition précédente avec 878 films soumis. La fréquentation du site est passée de 2.8 millions de pages vues l’an dernier à près de 4 millions de pages vues cette année ! Le principe du Nikon Film Festival consiste à la réalisation d'un court métrage de moins de 140 secondes (sous forme d'un film d’animation, d'une vidéo ou d'un film photos), sur le thème : "Je Suis Un Souvenir". Cette année, le jury professionnel était présidé par Charles Berling (comédien, metteur en scène) et composé d'Elisha Karmitz (Directeur général MK2 Agency), Christophe Carrière (L'Express, Touche Pas À Mon Poste), Ludovic Drean (Responsable Nikon Pro) et Eric Wojcik (Festival du court métrage de Clermont-Ferrand).

 

PALMARES 2014 :


- Grand Prix du Jury : "Je Suis Un Vague Souvenir" de Romain Quirot (5 000€ + Nikon D800 + optique 24-85VR + micro ME-1 + Atomos Ninja 2 + diffusion du film dans les cinémas MK2 + une formation vidéo à la Nikon School),

- Prix du Public : "Je Suis Un Emmerdeur" de Julien Aveque (3 000€ de financement de projet sur Ulule + Nikon D800 + optique 24-85VR + micro ME-1 + une formation vidéo à la Nikon School),

- Prix de la Meilleure Réalisation : "Je Suis Indélébile" de Kévin Lameta (Nikon D800 + optique 24-85VR + micro ME-1 + Atomos Ninja 2 + une formation vidéo à la Nikon School),

- Prix des Ecoles : "Je Suis Une Rencontre" de Thibaut Buccellato (Nikon D800 + optique 24-85VR + micro ME-1 + 4 jours au Dailymotion Studio + une formation vidéo à la Nikon School),

"Planète Cinéphile" a profité de sa présence à la cérémonie des récompenses pour recueillir quelques mots du président du jury de cette 4ème édition du Nikon Film Festival, Charles Berling.

 

 

Charles-Berling.png

 

 

Bonsoir Charles Berling, que retenez-vous de la présidence de cette 4ème édition du Nikon Film Festival ?

 

Charles Berling : "Sur les 878 films présélectionnés, une cinquantaine de films nous ont été présenté et il y a eu une unanimité sur les dix meilleurs. Techniquement, j'ai le sentiment, qu'aujourd'hui, les gens sont réellement débrouillards. Certes, le matériel a beaucoup évolué mais il y a une véritable culture de l'image, comme par exemple l'écriture et le fait d'écrire une lettre. Désormais, on sent que le langage avec les images et le son est devenu partie intégrante d'une culture commune - dont une partie d'amateurs très éclairés. Evidemment, tout ce qui fait la différence entre la qualité des films c'est bien entendu leur technique mais je dirai qu'il y a l'art cinématographique en lui-même. C'est-à-dire la façon de combiner en deux minutes, un langage cinématographique tout en respectant la thèmatique demandée - "Je Suis Un Souvenir". Par rapport aux films primés ce soir, je suis vraiment heureux parce que je trouve qu'ils racontent une histoire forte, très maitrisé, sans pour autant avoir de chute. Pour moi, cet effet s'avère être comme quelque chose proche de la limite du court métrage. Les films que l'on a primé ce soir ne présentent pas ce défaut, il n'y a pas de chute propre. Il y a une résolution, il y a une fin mais sans effet de fin. Cette entreprise de curiosité m'a permis de découvrir des cinéastes en devenir."

 

Quels sont vos futurs projets cinématographiques ?

 

Charles Berling : "Je travaille actuellement sur la post-synchronisation du long métrage de Vincent Garenq, intitulé "La Justice Ou Le Chaos". Il s'agit d'un film sur l'affaire Clearstream où j'interprète le juge Van Ruymbeke aux cotés de Gilles Lellouche qui joue le rôle du journaliste de Libération - Denis Robert. Au Printemps prochain, je vais débuter la réalisation de mon premier long métrage de fiction. Un projet très personnel dont le tournage se déroulera entre le sud de la France et le Maroc."

 

 

0.jpg

8.jpg 2.jpg

34.JPG5.jpg6.JPG7.jpg

 

Courtesy of Nikon France & Hotwire
(C) Photographies Nicolas Cabellic / Propos recueillis par Nicolas Cabellic

Partager cet article