Planète Cinéphile

Cette semaine

PLANETE CRITIQUE : "CAPTAIN AMERICA, LE SOLDAT DE L'HIVER"

freezed_120x160GEN_CA2_HD_fullsize_ysIdUw.jpg

 

 

Synopsis :


"Après les événements cataclysmiques de New York de The Avengers, Steve Rogers aka Captain America vit tranquillement à Washington, D.C. et essaye de s'adapter au monde moderne. Mais quand un collègue du S.H.I.E.L.D. est attaqué, Steve se retrouve impliqué dans un réseau d'intrigues qui met le monde en danger. S'associant à Black Widow, Captain America lutte pour dénoncer une conspiration grandissante, tout en repoussant des tueurs professionnels envoyés pour le faire taire. Quand l'étendue du plan maléfique est révélée, Captain America et Black Widow sollicite l'aide d'un nouvel allié, le Faucon. Cependant, ils se retrouvent bientôt face à un inattendu et redoutable ennemi - le Soldat de l'Hiver."

 

Sortie (France - IMAX 3D) : 26 Mars 2014

 

 

Critique :

 

L’histoire de "Captain America, Le Soldat De L’Hiver" reprend là où s’était arrêté "Avengers" : Steve Rogers s’efforce d’accepter son rôle dans le monde moderne, et il fait équipe avec Natasha Romanoff, alias Black Widow, pour affronter un ennemi puissant et insaisissable. L’action se déroule de nos jours à Washington. Alors que le premier opus, "Captain America, First Avenger" sorti en 2011, se concentrait sur les origines du super héros et son rapport à l'Histoire, ce second volet se focalise sur la dimension psychologique du personnage principal et de son rapport relationnel avec son entourage personnel et professionnel. À la limite du thriller politique diront certains.

 
Il y a certes des réminiscences mais ce n'est pas là le véritable enjeu du film. Effectivement, ce deuxième volet s'immisce davantage dans le présent et le quotidien du peuple américain, à l'image des séquences se déroulant au musée, au centre commercial (une certaine boutique à la pomme), ou même dans le choix d'un titre du chanteur populaire Marvin Gaye - bref, vous l'aurez compris, dans la vie de tous les jours (les héros Marvel sont parmis nous). Revenant ainsi à la véritable nature d'un superhéros (et sa part sociale), à savoir un justicier proche des citoyens et au service d'une nation grâce à ces pouvoirs surnaturels - tout en le remettant au goût du jour. Sur ce point, bon traitement.
 
Cette impression se confirme d'ailleurs par le fait que le film s'apparente plus à une fiction télévisée / série, qu'à une superproduction cinématographique (dur, surtout lorsque ce nouvel opus est censé s'enchaîner après le mastodonte "Avengers"), assez anecdotique dans le fond et la forme, et qui s'inscrit en quelque sorte dans la continuité de la série Marvel, "Agents Of S.H.I.E.L.D.". Perçu comme une sorte de gros méga bonus de la série. Peut-être pourrions-nous, également, analyser une évolution dans notre rapport avec la consommation du comic (après le papier, le cinéma et la vidéo en ligne) ? Dans tous les cas, comparé à certains super blockbusters, on ressent trop un côté spin-off ou une suite en mode mineure, pas forcément justifié au cinéma - sans vous parler de la 3D, sans grands intérêts.
 
Aussi, le personnage du Soldat de l'Hiver n'est pas suffisamment bien exploité ou manquant de charisme, peut-être car il y a un surplus dans la surenchère du traitement de nouveaux personnages : Alexander Pierce (interprété par Robert Redford), Le Faucon, l'Agent 13 - c'est beaucoup pour un seul film, non ?! Attendons de voir "The Amazing Spider-Man : Le Destin D'Un Héros" ... Dans le même ordre d'idées, la dernière partie (dont le climax final) est décevante en comparaison avec le suspens de la conspiration ainsi que l'intensité dramatique distillée tout au long du film (pourtant bien maitrisée) - la séquence de l'embuscade tendue à Nick Fury est l'une de mes préférées. Honnêtement, on s'attend à quelque chose de beaucoup plus spectaculaire et de plus surprenant pour la fin. Inégale dans son développement scénaristique.

Disons que "Captain America, Le Soldat De L’Hiver" s'adresse avant tout aux passionnés de l'univers Marvel, alors que le premier était plus ouvert sur sa "cible", plus instructif pour le spectateur lambda. Au final, on suggère beaucoup pour pas grand chose (Arnim Zola, Crâne Rouge). Seule véritable réjouissance, Scarlett Johansson de plus en plus sexy dans son interprétation de Black Widow ... mais jusqu'où ira t-elle (can't stop, won't stop) ?

 

Note : (3/5)

 

 

 

Courtesy of Marvel France & The Walt Disney Company France

Partager cet article