Planète Cinéphile

Cette semaine

PLANETE CRITIQUE : "CLOUD ATLAS"

Cloud-Atlas.jpg

 

 

Synospsis :

 

"À travers une histoire qui se déroule sur cinq siècles dans plusieurs espaces temps, des êtres se croisent et se retrouvent d’une vie à l’autre, naissant et renaissant successivement… Tandis que leurs décisions ont des conséquences sur leur parcours, dans le passé, le présent et l’avenir lointain, un tueur devient un héros et un seul acte de générosité suffit à entraîner des répercussions pendant plusieurs siècles et à provoquer une révolution. Tout, absolument tout, est lié."

 

Sortie (France) : 13 Mars 2013 

 

 

Critique :


Comme tout bon cinéphile qui se respecte, je vous recommande vivement, en ce mois de Mars, d’aller dans votre cinéma le plus proche pour découvrir le nouveau long métrage intitulé "Cloud Atlas" (traduisez "Cartographie Des Nuages"). Trois bonnes raisons à cela. Tout d'abord, car il s'agit du quatrième long métrage réalisé par Andy & Lana Wachowski (les auteurs à qui l'on doit cette petite trilogie culte du début de millénaire, "Matrix"), que ce même film est co-réalisé par un autre cinéaste de renom, Tom Tykwer, à qui l'on doit le désormais classique "Cours, Lola, Cours" et qu'enfin, il s'agit de l'adaptation cinématographique du succès littéraire du même nom, publié en 2004 et signé du romancier anglais David Mitchell.

 

"Epopée ambitieuse" diront certains; "Expérience hors du commun" suggérera l'affiche; "Quête humaniste" pour d'autres ... "Arpège d'accords mineurs" pour ma part. Mais, commencons par le commencement, là où tout ce joue. 

 

Les lumières se rallument , je me lève du siège et, pour tout vous avouer, mon premier ressenti à l'issue de la projection n'est pas spécialement bon. Je sors de chez Warner France, il neige, j'enfile la capuche de mon North Face. (Voix intérieure) "Le nouveau film des auteurs de ... Matrix = Rien de spécial. Comprend pas. Pourquoi ?" Je remonte à pieds cette bonne, vieille, longue avenue Charles de Gaulle, tout en tentant de prendre du recul sur ces près de 2h45 de récit audio et visuel grandiloquent. La caisse est au bout du trottoir, le fruit de ma critique n'a pas plus mûri, je démarre, j'y pense et puis j'oublie. Je roule sur le périph', en profite pour retourner dans ma tête l'objet filmique dans tous les sens. Les premières réflexions jaillissent pêle-mêle. (Voix intérieure réécrite) "MATRIX / Pourquoi trois réalisateurs / Quel intérêt / Je n’ai même pas reconnu cette avant-garde visuelle et stylistique si chères aux frères Wachowski / Si je me suis ennuyé c’est qu’il n’ont pas pris de plaisir à le mettre en scène / Grosse déception des scènes d'action où le spectaculaire a laissé place au faux-semblant / Sorte de lancer de dés, de relecture et de mélange d’un peu tout ce que l’on a pu découvrir de l'univers des cinéastes jusqu'à présent / Invraisembable écoeurant / Qu’est-ce que c’était long narrativement, beaucoup de dialogues, peu d’action et lorsque l’on croit que quelque chose va se passer il ne se passe rien ou du moins pas ce que l'on avait espéré / BABEL / La trame narrative évoluant (doucement mais surement), heureusement qu’ à la fin le rythme s’accélère et que ce gros nœud d’intrigues se dénoue / Le montage en parallèle de cette mise en abyme du puzzle scénaristique (destins croisés) ne fonctionne pas parfaitement (mal calibré et qui prête à confusion à cause d'un trop grand nombre d'histoires différentes reparties sur des tranches temporelles trop distantes) / Assez lourdingue, mauvais signe / La concentration est donc de mise durant 2h45 (ne vous y trompez pas), d’où ce côté frustrant en rapport avec ce qui doit s'apparenter, simplement, à un divertissement de l’esprit"

 

La Tour Eiffel est déjà loin dans mon rétroviseur, je prends un chewing-gum, la voiture s’enfonce dans la nuit noire. (Voix intérieure réécrite) "INCEPTION / Par contre, c’est loin d’être creux comme histoire, il y a de vraies belles intentions / Plaisant de voir des projets hollywoodiens ambitieux, qui prennent encore et toujours des risques / Comme pour AVATAR, en plus d’une dimension humaine, on retrouve une dimension spirituelle / Par contre, est-ce qu'un même karma incarné au travers l’histoire de l’Humanité correspond forcément à un même physique / Pas persuadé de l'idée du sosie en adéquation avec l'âme mais peut-être, était-ce l’unique façon de le traduire cinématographiquement / SOUDAIN LE VIDE / Thèse sur la réincarnation visuellement plus parlante et plus claire dans le dernier long métrage de Gaspard Noé (cf. Livre Tibétain Des Morts) / J’les trouve durs ces Wachowski avec leur public quand même, à chaque fois il faut qu’ils compliquent les choses / Elitistes, c'est le mot / Je me mets à la place d’un spectateur lambda, avec les termes, le vocabulaire et les formulations employés dans les dialogues et situations, les trois quarts ne vont rien capter de ce qui se dit / Est-ce qu’à travers cette intention, ils nous font comprendre que la quête d’une vérité quelconque est complexe / Cette complexité assumée ne facilite pourtant pas la délivrance de propos concrètement simples et cohérents / Trop littéraire comme film, limite théâtrale, notamment dans les maquillages, avec un goût prononcé pour le grand-guignol / Recherches historiques & décors bien travaillés / V POUR VENDETTA - TREE OF LIFE - HOLY MOTORS / Vrai film humaniste et engagé - D'une part sur la lutte des progrès socio-culturels liés au thème de la psychologie de l'Homme (Moi) et d'autre part, sur l’être humain qui incarne des personnages (Surmoi) - où les cinéastes aiment filmer et donnent à contempler les visages de ces interprètes / Chef-d'oeuvre manqué qui fera office de métrage hybride lors de retrospectives futures consacrées aux filmographies de ses auteurs"  

Arrivé. Pause (Repas)

 

Je m’allonge sur mon lit et débute la lecture du dossier de presse … "Nous ne sommes pas maîtres de nos vies. De la naissance à la mort, nous sommes liés les uns aux autres. A travers le passé et le présent. Et que nous commettions un crime ou une bonne action, nous portons en nous notre avenir." (Sonmi-451, 2144)

 

 

 

Courtesy of Warner Bros. Pictures

Partager cet article