Planète Cinéphile

Cette semaine

PLANETE CRITIQUE : "DANS LA MAISON"

Dans-la-maison.jpg

 

 

Synopsis :

 

"Un garçon de 16 ans s'immisce dans la maison d'un élève de sa classe, et en fait le récit dans ses rédactions à son professeur de français. Ce dernier, face à cet élève doué et différent, reprend goût à l'enseignement, mais cette intrusion va déclencher une série d'événements incontrôlables."

 

Sortie (France) : 10 Octobre 2012

 

 

Critique :

 

"On est tous des voyeurs !" Et François Ozon l'a bien compris. Que l'on mate "Loft Story" pour voir une blonde à forte poitrine s'ébattre dans une piscine, que l'on s'extasie devant des représentations de pénis dans une galerie d'art contemporain ou que l'on dévore "Madame Bovary" de Flaubert en une seule journée (jolie prouesse au passage) ... même combat ! Ce qui nous intéresse au fond, c'est regarder à travers le trou de la serrure pour apercevoir ce qu'il se passe chez les autres, dans leur vie privée, dans leur maison.

 

Au cœur du film, il y a cette relation purement littéraire entre un lycéen doué pour la prose (Ernst Umhauer, excellent) et un écrivain raté devenu prof de Français (Fabrice Lucchini toujours aussi lucchiniesque). L'élève se livre à un drôle de jeu : il pénètre dans l'intimité familiale de l'un de ses camarades et raconte tout dans ses rédactions ; l'enseignant, même s'il trouve le procédé un peu inquiétant, se laisse prendre par l'histoire, tel un vulgaire lecteur qui se laisserait emporter par un mauvais polar. La force de la mise en scène, c'est la narration. François Ozon réalise son film comme s'il écrivait un livre, les scènes devenant des chapitres, que le lecteur-spectateur dévore avec délectation. "Dans La Maisons'intéresse d'ailleurs au processus de création artistique, montrant combien l'Art reste une affaire de subjectivité. L'écrivain doit trouver des lecteurs pour exister et le peintre des amateurs pour vivre. C'est là, d'ailleurs, que le personnage de galeriste d'art prend tout son sens (Kristin Scott-Thomas y est irréprochable).

 

Ce long-métrage peut également être vu comme une réinterprétation du mythe d'Oedipe où le fils (=le lycéen) se doit de tuer le père (=le prof) pour pouvoir avancer. "Dans La Maisonest un film d'une audace et d'une intelligence rares, avec de multiples grilles de lecture. Classé comme un thriller (?!) mais attention, ne vous attendez pas aux "Rivières Pourpres...

 

 

 

Remerciements à Romain Duchez (moncahieramoi.over-blog.com)

Partager cet article