Planète Cinéphile

Cette semaine

PLANETE CRITIQUE : "FOXFIRE"

Foxfire.jpg

 

 

Synopsis :

 

"1955. Dans un quartier populaire d’une petite ville des États-Unis, une bande d’adolescentes crée une société secrète, Foxfire, pour survivre et se venger de toutes les humiliations qu’elles subissent. Avec à sa tête Legs, leur chef adulée, ce gang de jeunes filles poursuit un rêve impossible : vivre selon ses propres lois. Mais l’équipée sauvage qui les attend aura vite raison de leur idéal."

 

Sortie (France) : 02 Janvier 2013

 

 

Critique :

 

Girl power ! Le sous-titre du film annonce la couleur : "Confessions d'un gang de filles". Rien à voir avec une réunion Tupperware, une soirée pyjama ou un rassemblement d'anciennes majorettes. "Foxfire" une société secrète créée par des adolescentes en rébellion dans l'Amérique machiste des années 50. Au départ, le film prend des allures de brûlot féministe où la représentation des hommes n'est pas franchement glorieuse ... Ados violeurs, vieux libidineux, capitalistes dominateurs, maris trompeurs ... pas un pour rattraper l'autre ! Le trait est forcé mais il s'agit de montrer combien la société d'après-guerre était phallocentrique (désolé pour ce mot barbare, j'avais déjà utilisé le mot machiste plus haut, il fallait bien trouver un synonyme !). Les jeunes filles, réunies dans leur "Foxfire", décident donc de s'attaquer au mal : le mâle. A leur tour, elles menacent, intimident, agressent, frappent, terrorisent. On se surprend presque à les soutenir, même si les méthodes sont un peu border-line. Laurent Cantet s'intéresse également au phénomène de groupe (comme dans "Ressources Humaines" et "Entre Les Murs", finalement). Toute société, secrète ou pas, finit par reproduire les mêmes schémas avec un chef, ses suiveurs et les rebelles qui contestent l'autorité dudit chef. On voit vite les limites de la vie en communauté. Comme si les humains étaient incapables de vivre ensemble sans que les choses dérapent. Et sur ce coup-là, hommes et femmes sont à égalité! Foxfire est donc un film intéressant et intelligent. Un seul bémol à signaler : la durée. 2h23 c'est beaucoup trop long ... Une demi-heure de moins aurait été fortement appréciée.

 

 

 

  Remerciements à Romain Duchez (moncahieramoi.over-blog.com)

Partager cet article