Planète Cinéphile

Cette semaine

PLANETE CRITIQUE : "MELANCHOLIA"

Melancholia.jpg

 

 

Synopsis :


"À l'occasion de leur mariage, Justine et Michael donnent une somptueuse réception dans la maison de la soeur de Justine et de son beau-frère. Pendant ce temps, la planète Melancholia se dirige vers la Terre ..."

 

Sortie (France) : 10 Août 2011

 

 

Critique :

 

Justine et Mickael se marient ; la Terre et la planète Melancholia vont entrer en contact. A première vue, pas de véritable lien entre ces deux rapprochements. Pourtant, Justine semble bel et bien ressentir la présence de l’étrange planète. 

 

Le dernier Lars von Trier, captivant, pourrait bien être un film d’épouvante. En témoignent certains cadrages – plan serré, caméra sans pied -, ainsi que le décor. De cette maison, toujours la même, on ne s’échappe pas. Le film est donc aussi une méditation sur le temps dont le spectateur, forcément voyeur, est lui aussi prisonnier puisqu’il n’a ni la capacité ni les moyens d’agir. Et l’inéluctable arrive doucement. 

 

C’est dans ce contexte que le cinéaste nous rappelle combien il est bon d’être un enfant, de vivre dans l’innocence et l’ignorance de certaines choses. Les adultes ne cessent de mentir, les scientifiques nous cachent des choses, la soeur de Justine, Claire, a peur et Justine nous apparaît bien mystérieuse. Sans être forcément rassurants, les personnages n’en sont pas moins intéressants. Les animaux, pour leur part, ressentent tout ce qui se passe mieux que les humains. L’agitation des chevaux de Claire annonce sans doute l’imminence d’un événement. Melancholia est alors le plus beau et le plus terrifiant des films d’alliance. Alors que les animaux se fondent dans la nature et que Justine et Mickael se marient, la Terre et la triste planète fusionneront à jamais. Fin de l’histoire.

 

 


Remerciements à Amélie

Partager cet article