Planète Cinéphile

Cette semaine

PLANETE CRITIQUE : "NO PAIN NO GAIN"

Affiche NO PAIN NO GAIN - BD

 

 

Synopsis : "À Miami, Daniel Lugo, coach sportif, ferait n’importe quoi pour vivre le « rêve américain » et profiter, comme sa clientèle fortunée, de ce que la vie offre de meilleur : maisons de luxe, voitures de course et filles de rêve ... Pour se donner toutes les chances d’y arriver, il dresse un plan simple et (presque) parfait : enlever un de ses plus riches clients et ... lui voler sa vie. Il embarque avec lui deux complices, Paul Doyle et Adrian Doorbal, aussi influençables qu’ambitieux. No Pain No Gain s’inspire de l’histoire incroyable mais vraie de ces trois kidnappeurs amateurs qui, à la recherche d’une vie meilleure, se retrouvent embarqués dans une série d’actes criminels qui dégénèrent rapidement ... Rien ne se déroule jamais comme prévu."


Sortie (France - Interdit aux moins de 12 ans) : 11 Septembre 2013

 


Critique :

 

Non, nous n'avons pas pour habitude de nous rendre deux fois de suite à une projection de presse pour découvrir un film où les deux fois s'avèrent plus que convaincantes - c'est dire l'enthousiasme que "Planète Cinéphile" a pour "No Pain No Gain".

 

Oui, nous avons redécouvert le 11 Juillet dernier, le nouveau projet cinématographique signé Michael Bay, lors d'une projection privatisée au Royal Monceau (Paris).

 

Histoire de vous rassurez immédiatement, si vous aviez aimé "Bad Boys", "Bad Boys 2", vous adorerez "No Pain No Gain". Vous le savez comme moi, le Michael Bay que l'on adore, celui qui se fait plaisir et qui fait mouche, c'est le Michael Bay qui fait de l'action (et il le démontre ici, pas obligatoirement avec des budgets démesurés) ... Mais pas n'importe où. De l'action qui se situe en Floride !

 

Plus encore, lorsque Michael Bay décide de retourner sur la côte Est des Etats-Unis - très tendance d'ailleurs cette année ("Spring Breakers", "Iron Man 3") - pour y faire un film sans grandes prétentions et revisiter le véritable Miami des origines, celui de la deuxième partie des 80's et de la première partie des 90's, c'est juste un pur kiff. Le culturisme, la musique (l'eurodance, le gangsta rap), la mode ... D'un point de vue historique, c'est à la fois très juste et authentique, nous rapprochant de la retranscription de cette histoire vraie, mais également de ce que l'on appelle l'"American Way Of Life" - les racines d'un mode de vie que beaucoup à travers le monde rêvent, connaissent et/ou vivent aujourd'hui. D'ailleurs, l'esthètique (dans son sens le plus large) a un rôle prépondérant dans cet objet filmique, tant sur le choix du casting, des décors, des véhicules, des vêtements, des accessoires que sur le choix des cadrages-décadrages, des focales, du rythme au montage, de la lumière - bref, le fond de la forme. Très efficace niveau réalisation donc.

 

L'autre réjouissance de "No Pain No Gain" s'est le scénario, inspiré de faits réels, avec ses nombreuses scènes d'actions, ces multiples tensions dramatiques - mais qui n'oublie jamais de s'avouer léger et comique à la fois. Le tout interprété par un casting des plus enivrants et qui vaut son coup d'oeil : Marky Mark Wahlberg (Mr. "Good Vibrations"), Dwayne Johnson (l'un de ses meilleurs rôles - so far !) ou encore Ed Harris (clin d'oeil à Francis X. Hummel dans "Rock").

 

Encore plus vrai que pour ces précédents films, la véritable qualité de "No Pain No Gain" réside dans son intention ou plutôt son parti pris d'auto-dérision, mise en abyme cinématographique du ridicule, de l'ordre de l'inénarrable. Vous savez, comme lorsque vous racontez la plus délirante de vos anecdotes à un pote et que vous lui dites : "Mec, même dans les films ils n'oseraient pas !" ... Alors qu'ici, tout est bel et bien véridique.

 

"No Pain No Gain" est l'excellente surprise ciné que l'on n'attendait plus en cette rentrée 2013. Nous ne pouvons que vous recommandez de découvrir le film en salle et de vous inscrire à une salle en même temps - "No Pain No Gain" ! ;)

 

Note : (4,5/5)

 

 

Courtesy of Paramount Pictures France

Partager cet article