Planète Cinéphile

Cette semaine

PLANETE CRITIQUE : "SILENT HILL : REVELATION 3D"

Silent-Hill.jpg

 

 

Synopsis :

 

"Depuis son plus jeune âge, Heather Mason a l’habitude de changer d’adresse très souvent avec son père. Sans vraiment savoir pourquoi, elle fuit. Pourtant, cette fois, elle est piégée. Pour sauver celui qui avait toujours réussi à la protéger et découvrir qui elle est vraiment, Heather va devoir affronter un cauchemar qui devient de plus en plus réel … Silent Hill."

 

Sortie (France - 3D) : 28 Novembre 2012

 

 

Critique :

 

Les critiques négatives pleuvent depuis la projection lors du PIFFF, malgré tout, pour ma part, j’ai aimé le film. Attention, je n’ai pas adoré, le premier est carrément meilleur mais sa suite se laisse voir avec un certain plaisir coupable.

On reprend donc plusieurs années après le 1er épisode où Rose était restée coincée dans le monde brumeux de Silent Hill. Ayant réussi à sauver sa fille au détriment de sa vie, Sharon devenue Heather grandit auprès de son père vivant dans la peur de se faire retrouver par les membres de l’Ordre.

Tout change le jour où son père est capturé par cette secte satanique. Heather n’a alors pas le choix : les portes de Silent Hill s’ouvrent pour elle.

Au travers un scénario complexe, on retrouve l’univers bien connu de Silent Hill avec son ambiance malsaine et étrange. Les fans du jeu seront comblés face à la manière où Heather va évoluer, un peu à la manière du jeu éponyme. Les tableaux s’enchainent, ponctués par la musique envoûtante, familière aux gamers.

Beaucoup de jump scare (parfois trop ?) viennent apporter un peu de piment à ce dédale d’horreur citadin. D’ailleurs, les effets spéciaux sont encore plus poussés que le premier, ce qui enlève de la profondeur au film. Trop d’effets tue l’effet même si certains monstres sont vraiment bien fichus (scène du démon "poupée" par exemple).

Et c’est là qu’on arrive aux gros défauts de ce second opus : la crédibilité. Faute à une actrice principale sosie de Michelle Williams qui touche de près la médiocrité dans son jeu : c’est surjoué, inadapté et trop simple pour qu’on adhère à son personnage. On préférait de loin Radha Mitchell alias Rose. Quant à Sean bean ("Game Of Thrones") il est toujours aussi peu présent mais sauve ce qu’il peut.

Autre point noir, les dialogues. Ils font sourire la plupart du temps, plus proche de ceux d’une série B que d’une grosse production. Pour cela, la scène où Vincent confesse à Heather être membre de l’ordre est assez pathétique.

Passé ses défauts, "Silent Hill : Révélation 3D" reste un bon divertissement qui boucle bien la saga horrifique. Sans être un exellent opus, ce deuxième volet devrait être joussif pour tous les fans du jeu qui retrouveront les éléments et l’ambiance glauque qui a fait le succès de cette saga virtuelle.

Un dernier mot concernant la 3D qui me paraît bien inutile. Pas beaucoup d’effets et un mal de crâne terrible. Une 3D tout juste bonne à essayer d’attraper les flocons de cendre du film, le reste ça ne sert à rien.

Sans égaler le 1er film, "Silent Hill : Révélation 3D" reste un bon volet tendance série B qui devrait trouver son public auprès des fans. Pour ses détracteurs, on reproche quand même un scénario baclé et des dialogues grand-guignol. Tout n’est pas rose au pays de Silent Hill mais le principe reste le même que lorsque l'on y joue : laisser ses neurones à la maison et se laisser transporter en enfer. Bienvenue à Silent Hill. 

   

 

      Remerciements à "Votre dévoué Freddy" (Le Cinéma de Freddy)

Partager cet article