Planète Cinéphile

Cette semaine

PLANETE CRITIQUE : "THE SECRET"

Sixieme-Sens.jpg

 

 

  

Synopsis :


"À Cold Rock, petite ville minière isolée des Etats-Unis, de nombreux enfants ont disparu sans laisser de traces au fil des années, et n’ont jamais été retrouvés. Chaque habitant semble avoir sa théorie sur le sujet mais pour Julia, le médecin dans cette ville sinistrée, ce ne sont que des légendes urbaines. Une nuit, son fils de 6 ans est enlevé sous ses yeux par un individu mystérieux. Elle se lance à sa poursuite sachant que si elle le perd de vue, elle ne reverra jamais son enfant."

 

Sortie (France) : 5 Septembre 2012



Critique :

Après  "Saint-Ange " et
"Martyrs ", Pascal Laugier était attendu au tournant pour son premier film américain. L’intrigue se déroule donc dans une petite ville morte des Etats-Unis où le quotidien de ses habitants est frappé par une vague de disparition d’enfants (promis, ce coup-ci ce n’est pas moi).

 

Dans un décor digne de "Silent Hill" ou d’un bon épisode de "X-Files", le réalisateur manipule avec talent son petit monde et entraîne le spectateur dans une histoire a priori classique mais qui se révèle être au fur et à mesure bien plus complexe. Si la lenteur narrative empêche le film de décoller, on reste tout de même scotché devant l’écran avec une seule question en tête : qui est le Tall Man ? Un monstre ? Un humain ? Basculant sans cesse entre le réel et le fantastique, "The Secret" se cherche, nous ballade pour nous livrer, en milieu de parcours, un twist qui retourne complètement la situation et nous laisse sans voix.

 

Comme dans tout bon Stephen King, Laugier utilise également la misère sociale pour donner du poids à ce sentiment de malaise qui s’installe. Ainsi dans "The Secret", l’alcoolisme, la maltraitance voir la pédophilie sont autant de fléaux auxquels les enfants se retrouvent, malgré eux, confrontés dans ce monde assombri par la perversion humaine et offrant alors une ambiance propice à l’apparition d’un Boogeyman. "The Secret" tend, alors, vers un conte des frères Grimm magnifiquement raconté par la voie innocente d’une petite fille qui nous berce tout au long de ce périple nerveux. Pas de grands moments d’angoisse pour ce film qui se voulait horrifique, mais une tension palpable qui perdure dans ses rebondissements. A noter la prestation quasi parfaite d’une Jessica Biel sans maquillage, qui, loin de ses rôles d’héroïne sexy, joue ici brillamment avec nos émotions.

 

Le dénouement laisse place à des explications qui peuvent paraître douteuses mais qui au final, délaissent le spectateur dans un questionnement moral pervers, laissant chacun se faire son propre point de vue sur de telles motivations … Mais chut, on en dira pas plus ! Un seul bémol, l’affiche qui nous promettait d’être aussi bluffé qu'avec "Sixième Sens". Dommage, car la révélation d’un possible rapprochement entre ces deux films enlève une grande part d’effet de surprise puisque ce qui les relie est bel et bien son twist final. D’ailleurs, la ressemblance s’arrête là car si le paranormal dominait "Sixième Sens", "The Secret"  reste quant à lui bien ancré dans la réalité aussi dure soit-elle.

 

En résumé, conte ou thriller sociale, "The Secret" n’en est pas moins un film réussi qui vaut le coup d’oeil. Sans pour autant rester dans les meilleurs films du genre, il devrait vous faire passer un bon moment grâce à un scénario original et maîtrisé. Difficile de vous en dire plus sans vous gacher le plaisir après tout … Un secret doit le rester.

 

 

 


Remerciements à "Votre dévoué Freddy" (Le Cinéma de Freddy)

Partager cet article