Planète Cinéphile

Cette semaine

#CRITIQUE #SOUNDOFMETAL

#CRITIQUE #SOUNDOFMETAL

Alors que la crise sanitaire liée à la COVID-19 continue de paralyser la Culture et le Cinéma en particulier, nous sommes heureux de vous parler aujourd'hui d'un nouvel acteur dans le paysage artistique français (que vous pouvez d'ores et déjà retenir): TANDEM. Lancée à l'automne dernier, cette nouvelle structure cinématographique a pour ambition la production, la distribution et le partage d'oeuvres filmiques audacieuses autour d'une communauté d'artistes, d'auteur.e.s, et de spectateurs.trices. Pour l'occasion, l'équipe dirigée par Mathieu Robinet a inauguré son line-up avec un premier film américain, "Sound of Metal" réalisé par Darius Marder. Un drame musical déjà sélectionné aux festivals internationaux de Toronto et de Deauville, mais également récompensé par un Golden Globes 2021 du meilleur comédien pour Riz Ahmed et multi-nominé pour les prochains Oscars.

 

"Sound of Metal" co-écrit par Darius Marder & Derek Cianfrance ("The Place Beyond the Pines"), raconte l'histoire de Ruben et Lou, ensemble à la ville comme à la scène qui  sillonnent les Etats-Unis entre deux concerts. Un soir, Ruben est gêné par des acouphènes, et un médecin lui annonce qu'il sera bientôt sourd. Désemparé, et face à ses vieux démons, Ruben va devoir prendre une décision qui changera sa vie à jamais. Plus qu'un film, "Sound of Metal" se veut être une expérience brute et immersive (à vivre en salle) qui, au travers du mixage sonore, transporte littéralement le spectateur dans la peau de Ruben (incarné par Riz Ahmed). Ce tour de force de mise en scène permet de ressentir et comprendre les sensations des personnes sourdes et malentendantes qui vivent bien souvent en communauté. Vrai parti pris, le réalisateur du film a souhaité favoriser l’accessibilité du film à tous les publics. Les dialogues sont donc sous-titrés et accompagnés de descriptions sonores.

 

#CRITIQUE #SOUNDOFMETAL

Bien que le cinéma soit une imitation du réel, ce film a été pleinement vécu par ceux qui l’ont fait devenir ce qu’il est. J’espère désormais que SOUND OF METAL soit pour le public une expérience viscérale de cinéma, et de réalité.

Darius Marder, scénariste et réalisateur

Tourné dans l'ordre chronologique de l'histoire pour que les acteurs puissent vivre pleinement les différents tournants émotionnels, "Sound of Metal" se rapproche du documentaire (docufiction), s'apparentant ainsi au réel. Stylistiquement, Darius Marder empreinte à l'intime et au Cinéma Vérité, inventé par Edgar Morin et Jean Rouch. La performance live du jeu de batterie de Riz Ahmed, montrée dès le début du film, est là pour en témoigner! (cf. "Whiplash") Un engagement total de la part du comédien que l'on a pu découvrir dans "Star Wars: Rogue One", "Venom" ou encore "Night Call". Pour la petite histoire, quatre mois avant le tournage, Riz Ahmed a déménagé à New-York pour travailler avec le réalisateur, apprendre la batterie et la langue des signes avec la communauté des sourds et malentendants de Brooklyn.

 

Au-delà la mimèsis, "Sound of Metal" témoigne dans sa deuxième moitié de la beauté de la Nature, et plus précisément du corps humain. Vous savez, comme lorsque l'on dit cette phrase: "la nature est bien faite". Vu comme un cadeau des dieux pour explorer la Vie, c'est lorsque l'on ne possède plus un sens que l'on se rend compte de son importance. Ici l'ouïe. Véritable ode à l'existence, on prend conscience que malgré les prouesses scientifiques, la Nature demeure plus forte que tout.

 

Prochainement au cinéma.

 

NOTE: ★★★★☆  3,5 - 4/5

 

Courtesy of TANDEM

Partager cet article

Repost0