Planète Cinéphile

Cette semaine

"BASIC INSTINCT", DE RETOUR EN VERSION RESTAURÉE 4K

"BASIC INSTINCT", DE RETOUR EN VERSION RESTAURÉE 4K

Le 16 juin prochain, Carlotta Films proposera aux cinéphiles la re-sortie en salle du classique du genre, "Basic Instinct" (1992), pour la première fois dans sa sublime restauration 4K supervisée par Paul Verhoeven! Véritable carton mondial lors de sa sortie, "Basic Instinct" vient clore la "trilogie psychotique" entamée par Paul Verhoeven avec "Robocop" (1987) et "Total Recall" (1990) autour du thème de l’identité double.

Connu pour son goût de la provocation, le cinéaste néerlandais bouscule ici les règles du thriller hollywoodien en injectant à son film une forte dose de violence et d’érotisme. Porté par un scénario qui multiplie rebondissements et fausses pistes, Verhoeven prend un malin plaisir à manipuler son public grâce à une mise en scène nerveuse et précise, fortement influencée par le cinéma d’Alfred Hitchcock. Mais si "Basic Instinct" est entré dans la légende cinéphilique, c’est aussi grâce à ses deux interprètes principaux, à l’alchimie parfaite: Michael Douglas, alors au sommet de sa gloire, et Sharon Stone, propulsée au rang de star grâce à ce rôle de femme fatale.

Également disponible le 16 juin en édition collector Steelbook Blu-Ray 4K, inclus le documentaire "Sex, Death & Stone" (52') et de nombreux suppléments.

"BASIC INSTINCT", DE RETOUR EN VERSION RESTAURÉE 4K

"Basic Instinct" est produit à une époque, le début des années 1990, où déferle une vague de thrillers érotiques et luxueux, comme "Sang chaud pour meurtre de sang-froid" de Phil Joanou (avec Richard Gere et Kim Basinger) ou Obsession fatale de Jonathan Kaplan (avec Madeleine Stowe et Kurt Russell).

Écrit en seulement treize jours par le scénariste d’origine hongroise Joe Eszterhas, le script de "Basic Instinct" est l’objet de toutes les convoitises: il est finalement vendu à Mario Kassar et à sa société de production Carolco pour la modique somme de 3 millions de dollars, un record absolu ! Mais le scénario fascine autant qu’il effraie les réalisateurs intéressés. Il finit entre les mains du cinéaste Paul Verhoeven, avec lequel Mario Kassar a collaboré deux ans auparavant sur Total Recall. Le Néerlandais s’engage alors à ne pas modifier le texte en échange d’une relative liberté de réalisation.

D’abord proposé à Peter Weller, la star de Robocop, le rôle de Nick Curran revient à Michael Douglas, en quête de nouvelles sensations fortes après sa performance dans Liaison fatale en 1987. En raison de ses nombreuses scènes de nu et de son contenu sulfureux, le premier rôle féminin est plus difficile à trouver. Kim Basinger, Michelle Pfeiffer, Julia Roberts, nombreuses sont les actrices à avoir décliné l’offre. Âgée de 32 ans, la comédienne Sharon Stone est encore peu connue à Hollywood, malgré un second rôle remarqué dans le précédent long-métrage de Verhoeven, "Total Recall". Le réalisateur lui-même n’est pas convaincu que Sharon Stone ferait une bonne Catherine, malgré l’insistance de l’actrice.

Courtesy of Carlotta Films

Partager cet article

Repost0