Planète Cinéphile

Cette semaine

"CANNES CONFIDENTIEL", L'INTERVIEW DE FRED BENUDIS



En exclusivité pour le site "Planète Cinéphile", le talentueux journaliste de cinéma, producteur de télévision et désormais scénariste, Frédéric Benudis a répondu à nos questions sur l'émission spéciale qu'il prépare à l'occasion de la 62ème édition du Festival de Cannes. Intitulé "Cannes Confidentiel", ce documentaire est produit par Serge Moati et réalisé par Jean-François Julian. Il sera diffusé sur France 2 ce Vendredi 22 Mai, à 23h20. Juste le temps pour nous de poser nos questions à Fred, et lui, de finir le montage de son émission. Action !


Salut Fred, pourrais-tu nous présenter le concept de l'émission "Cannes Confidentiel" qui sera diffusée ce Vendredi 22 Mai sur France 2 ?
 

Frédéric Benudis : "Cannes Confidentiel" est une émission qui sera diffusée dans le cadre de la case documentaire "Infrarouge" de France 2. J'ai préparé ce documentaire en qualité de rédacteur en chef avec mon équipe et Christophe Ono-Dit-Biot (présentateur de l'émission). Nous nous sommes infiltrés dans les coulisses du Festival mais cette année, nous proposerons aux télespectateurs de suivre tout se qui se passe en amont des méandres de cet évènement cinématographique mondial. Comprendre comment un film peut se retrouver projeter en compétition officielle au Palais des Festivals. 

 

Durant le tournage de "Cannes Confidentiel" nous avons pu suivre en exclusivité les différentes équipes des films qui travaillaient sur la post-production de leur projet ciné et avant même qu'ils ne soient dévoilés en sélection officielle. Nous avons eu la chance de pouvoir aller à la rencontre des acteurs, réalisateurs et producteurs, comme par exemple Charles Aznavour qui enregistrait les doublages voix pour le film d'animation Disney/ Pixar ("La-haut") qui a fait l'ouverture du festival. Mais également, avoir pu accompagné l'équipe du film "Vengeance" présent en compétition officielle, ou encore, assister à l'étalonnage du film de Jan Kounen ("Coco Chanel & Igor Stravinsky") qui clôturera cette 62ème édition. Bref, faire découvrir au grand public toutes ces petites choses qui font la "magie du cinéma". Cette année également, nous nous sommes davantage concentrés sur le cinéma français; Connaître son état de santé, notamment en cette période de crise économique"


Pourquoi le cinéma en français en particulier ?
  

 

F.B. : "C'est un choix ! Nous avons clairement adopté un angle pour ce documentaire. Tout d'abord, il faut bien avouer que le cinéma français est à part du cinéma mondial. Il se trouve que nous sommes les premiers producteurs et exportateurs de films en Europe et troisième au niveau international, derrière l'Inde et les Etats-Unis. Sachant que les films bollywoodiens sont exclusivement distribués en Inde, au Grand Moyen-Orient et en Asie. Grâce à son système économique spécifique, le cinéma français est définitivement protégé, comparé au reste du monde. Il faut aussi dire qu'il y avait matière à s'y intéresser. En France, nous avons la chance de pouvoir produire tous les types de cinéma existant. Du cinéma d'auteur, aux grosses comédies populaires, en passant par des films de genre, il est vrai que nous avons toujours eu la chance d'être un pays très cinéphile. C'est peut-être une des raison de son succès ? 

 

Aujourd'hui, un français sur deux va voir une production française, ce qui est beaucoup comparé aux autres pays européens où le cinéma national représente un peu mois de 25 % du box-office. Du cinéma d'auteur européen qui s'exporte à travers le monde, comme par exemple : "La Vie des Autres" de Florian Henckel Von Donnersmarck ou "La Chambre Du Fils" de Nanni Moretti se compte sur les doigts d'une main. Aussi bien en Allemagne, qu'en Italie ou en Angleterre, le cinéma national et en particulier d'auteur "survit", c'est un fait. Combien, parmi nos Xavier Giannoli, François Ozon, Jan Kounen, Jacques Audiard ou Olivier Assayas nationaux continueraient à pouvoir sortir leurs films en dehors de notre système franco-français ?"




Quel est le plus beau souvenir que tu gardes du tournage de ce documentaire ?


F.B. : "Le moment qui m'a le plus marqué était lorsque nous étions en compagnie des producteurs du film "Vengeance" et qu'ils ont reçu un coup de fil du directeur artistique du Festival de Cannes (Thierry Frémaux), leur annonçant que le film a fasciné le comité de sélection et qu'il serait en compétition cette année pour concourir à la Palme d'Or. Ce fut un moment inoubliable, à la fois inespéré et unique. Surtout lorsque l'on sait que l'équipe de production du film (ARP, déjà producteur de la saga des "Taxi" ou encore "Le deuxième souffle" d'Alain Corneau) a cru au projet depuis ses débuts et a tout misé dessus; Environ 8 Millions d'euros d'investi pour un film qui n'a reçu aucune aide financière de la France. "Vengeance" étant effectivement un long métrage tourné en Chine, en langue anglaise et en mandarin. Au final, un pari artistique risqué mais qui s'est avéré payant."

Quels sont tes grands favoris pour la Palme d'or 2009 ?


F.B. : "Oui, alors en fait j'en ai trois. Le premier s'est : "Un Prophète", le deuxième : "Un Prophète" et le troisième ... "Un Prophète" !" (Rires)

Quels sont tes futurs projets ? Te reverra t-on au générique d'un prochain projet cinématographique ?


F.B. : "Je viens de finir la co-écriture d'un scénario. Je ne peux pas en dire trop pour le moment mais il s'agira d'une comédie fantastique. Un genre qu'on ne connait pas bien en France mais que les américains maîtrisent à merveille (S.O.S Fantômes, Men In Black, la Nuit Au Musée). Après "JCVD", je veux m'atteler à quelque chose d'inédit, j'aime relever de nouveaux défis. Je profite d'être à Cannes pour parler de ce futur projet à des producteurs susceptibles d'être intéresser."

Merci beaucoup Fred d'avoir pris le temps de répondre à ces quelques questions. On te souhaite une excellente continuation.


F.B. : "Un grand merci à vous !"



Propos recueillis par Nicolas CABELLIC

Partager cet article

Repost0