Planète Cinéphile

Cette semaine

#CANNES2015: "DOMINO" (MERCREDI 20)

#CANNES2015: "DOMINO" (MERCREDI 20)
#CANNES2015: "DOMINO" (MERCREDI 20)

Septième jour et c'est un fait qu'il faut prendre en compte, la fatigue commence à se faire ressentir durant les projections ! Mais, le marathon à la Palme se poursuit avec "Sicario" de Denis Villeneuve & "Marguerite & Julien" de Valérie Donzelli.

Après être passé par La Quinzaine Des Réalisateurs avec "Cosmos" (film collectif) en 1997 et Un Certain Regard, avec "Un 32 Août Sur Terre" en 1998, Denis Villeneuve vit sa toute première sélection en compétition officielle avec "Sicario". La zone frontalière entre les Etats-Unis et le Mexique est devenue un territoire de non-droit. Kate, une jeune recrue idéaliste du FBI, y est enrôlée pour aider un groupe d’intervention d’élite dirigé par un agent du gouvernement dans la lutte contre le trafic de drogues. Menée par un consultant énigmatique l'équipe se lance dans un périple clandestin, obligeant Kate à remettre en question ses convictions pour pouvoir survivre. Quelle claque... Connaissant le talent et la vitesse d'exécution de Denis Villeneuve, on s'y attendait à moitié. N'empêche, au sein de la compétition certaines pendules sont remises à l'heure et ça fait du bien à voir ! Dès le début du film, on se retrouve plongé dans un univers funeste reprenant les codes du film noir (gros travail sur la bande son) et même celui du film d'horreur (nombreux jump scar). Roger Deakins, autre grand chef opérateur "vétéran", y compose un travail à la fois dégagé et appliqué (c'est carré, la technique est ultra maitrisée). Le scénario est haletant, nuancé et sait contenir le suspense jusqu'au climax - malgré une déception par rapport à l'inégalité des enjeux scénaristiques. Au début du film, il est question d'une quasi croisade à l'encontre des Cartels mexicains (et les puissantes fusillades l'attestent), alors que du milieu à la fin, la narration se recentre en entonoir sur les personnages principaux, et notamment Alejandro, pour traîter davantage d'une vengeance personnelle - bien qu'au service du pouvoir en place. Frustrant ! Chapeau à Emily Blunt pour qui la justification de sa présence féminine au sein d'une équipe d'intervention du FBI, nous a laissé perplexe au début du film, pour nous prouver le contraire à la fin. Benicio Del Toro y interprète l'un des meilleurs rôles de sa carrière, impressionnant. Second coup de coeur de la compétition. Une récompense au Palmarès serait la bienvenue. (Note: 4-4,5/5) - Sortie (France): 7 Octobre 2015.

Valérie Donzelli présente à Cannes un film historique, ou plutôt une adaptation d'un scénario original signé Jean Gruault, à l'intention de François Truffaut et datant des années 70. Il s'agit de la seconde réalisatrice française en compétition, qui avait été remarquée par son long métrage "La Guerre Est Déclarée" - présenté en ouverture de La Semaine De La Critique 2011. Synopsis : Julien et Marguerite de Ravalet, fils et fille du seigneur de Tourlaville, s’aiment d’un amour tendre depuis leur enfance. Mais en grandissant, leur tendresse se mue en passion dévorante. Leur aventure scandalise la société qui les pourchasse. Incapables de résister à leurs sentiments, ils doivent fuir… A brûle-pourpoint, cette histoire d'amour impossible entre une soeur et son frère n'a rien d'évident, c'est un partage plutôt étrange et personnel emprunté du cinéma de la Nouvelle Vague et celui de Jacques Demy. Fantaisiste et intimiste à la fois, "Marguerite & Julien" se complaît trop dans la stylitique, quitte à délaisser la partie émotionnelle. Reste les radieuses interprétations de Anaïs Demoustier et Jérémie Elkaïm. Un genre de cinéma trop particulier pour une histoire d'amour universelle, on aime ou pas. (Note: 2/5) - Sortie (France): 30 Septembre 2015.

Demain, nous reviendrons sur "Youth" de Paolo Sorrentino, "Mountains May Depart" de Jia Zhang-Ke, ainsi que "Love" de Gaspard Noé !

 

BONUS:

Vous vous souvenez, il y a quelques semaines, la bande-annonce de "Pixels" avait manqué de casser l'internet ! Bon j'éxagère un petit peu mais la deuxième bande-annonce a fait son apparition sur la toile il y a peu. Rapellons que c'est un film réalisé par Chris Colombus, dans lequel joue l'excellent Adam Sandler qui doit combattre... des jeux vidéos. Sortie le 22 Juillet 2015.

Parce qu'entre les bandes-annonces de "Le Labyrinthe: La Terre Brûlée", et celle de "Pan", il est agréable de prendre conaissance des petites bandes-annonces. Comme par exemple celle de "Etre" dévoilée il y a plus d'un mois, mais qui mérite le coup d'oeil, avec Bruno Solo, Salim Kechiouche ("La vie d'Adèle"), Benjamin Ramon et Djena Tsimba (apparue dans plusieurs petites séries sur France 2). Sortie en salles le 10 Juin.

Synopsis: "Un policier au bout du rouleau, François. Une fille adoptive mal dans sa peau, Ester. Un provincial qui rêve de visiter le monde, Christian. Un garagiste qui rêve de fuir sa cité par tous les moyens, Mohamed.Et une SDF.
Ils ne se connaissent pas, pourtant, en 24 heures, leurs destins vont se croiser, transformant leur existence douloureuse en un chemin vierge où tout reste à construire...
"

 

Courtesy of Le Festival de Cannes, AFP, Cinétévé & Sony Pictures Releasing France

Partager cet article