Planète Cinéphile

Cette semaine

CRITIQUE: "LA GLACE ET LE CIEL"

CRITIQUE: "LA GLACE ET LE CIEL"

Synopsis: "Luc Jacquet met en scène l’aventure de Claude Lorius, parti en 1957 étudier les glaces de l’Antarctique. Il nous raconte l’histoire d’une Vie extraordinaire de science et d’aventure, consacrée à percer au plus profond des glaces de l’Antarctique les secrets bien gardés du climat."

Sortie (France): 21 Octobre 2015

 

Critique

Dix ans après le succès rencontré par son premier long métrage "La Marche De L'Empereur", Luc Jacquet revient poser sa caméra sur la banquise avec son nouveau projet documentaire intitulé "La Glace Et Le Ciel". Ce film co-produit par Richard Grandpierre et Jérôme Seydoux, a été présenté en sélection officielle lors de la cérémonie de clôture du 68ème Festival de Cannes.

Durant les 90 minutes que comptent la durée du film, l'homme de science, Claude Lorius prend le temps de revenir sur sa longue carrière scientifique consacrée à l'histoire de la glaciologie. Un ultime retour aux sources, là où tout à commencer pour lui, en Antarctique dans les années 50. Claude Lorius nous raconte un monde ancré dans l'Anthropocène, cette ère nouvelle où l'Homme est devenu la puissance qui régit l'écologie et la marche climatique du monde. Face aux connaissances qu'il a mis à nu, Claude n'a de cesse tout au long de sa Vie de tenter de convaincre, de faire prendre conscience des périls que l'Humanité fait peser sur notre propre planète. Mais trop souvent il se heurte au silence, à l'incompréhension, au déni et aux pressions.

Tel un puzzle, "La Glace Et Le Ciel" se compose d'archives audiovisuelles inouïes (70%) et de prise de vues cinématographiques actuelles (30%), entre Europe et Grand Sud, passé et présent. Pour au final dépassé l'épreuve du temps et l'échelle géographique terrestre, sous entendant les préoccupations écologiques de Luc Jacquet et Claude Lorius à l'échelle globale et la place de l'humain. Techniquement, on notera quelque discontinuité temporelle dans le traitement d'archives, relatif au montage (certaines en accélérées, d'autres au ralenti: mauvais transferts des films anciens, rythmique sur la composition musicale mal assumée ?). Rien à redire sur les plans séquences, associés à une lumière naturelle des plus incroyables.

À de nombreuses reprises, on se demande l'intérêt de porter un tel documentaire - à la fois scientifique et engagé - sur grand écran. Avec un peu de recul, à certains moments on pourrait se croire au beau milieu d'un musée... Ou devant un programme de la chaîne National Geographic. Premièrement, signalons qu'un énorme et formidable travail de restauration et de re-création sonore pour redonner une dimension cinématographique aux images d'archives a été opéré ici (parfois, on pense même à un clin d'oeil au cinéma de Jaques Tati). Deuxièmement, comme le précise dans le dossier de presse le Président-Directeur général Kering, François-Henri Pinault, il est vrai que: "Ancré dans la société, le cinéma fait aujourd'hui partie des médias les plus puissants pour faire passer des messages et rassembler les gens autour de causes communes". Troisièmement, au-delà du constat, ce nouveau documentaire a pour vocation d'éveiller les consciences au travers sa fondation Wild-Touch ainsi qu'au site intéractif à vocation éducative: http://education.laglaceetleciel.com/

"La Glace Et Le Ciel" est un pamphlet audio et visuel contre l'ingérence industrielle et l'indécision politique, propos dont nous avions déjà eu l'occasion de nous interroger - à savoir, l'Art précurseur de la Politique (lire l'article). Il s'agit également d'un témoignage indispensable et passionné face à des promesses d'un futur écologique hagard - en pleine actualité de la COP21. Et si l'on commençait par rendre le virtuel organique ?

 

Note:  (3/5)

 

Courtesy of Pathé Films

Partager cet article