Planète Cinéphile

Cette semaine

CRITIQUE: "JUSTE LA FIN DU MONDE"

CRITIQUE: "JUSTE LA FIN DU MONDE"

Synopsis: "Après douze ans d’absence, un écrivain retourne dans son village natal pour annoncer à sa famille sa mort prochaine. Ce sont les retrouvailles avec le cercle familial où l’on se dit l’amour que l’on se porte à travers les éternelles querelles, et où l’on dit malgré nous les rancoeurs qui parlent au nom du doute et de la solitude."

Sortie (France): 21 Septembre 2016

 

Critique:

"Juste La Fin Du Monde" est le 6e film de Xavier Dolan et l'adaptation de la pièce du même nom et écrite par Jean-Luc Lagarde en 1990. L'enfant chéri du cinéma revient cette année avec un huis clos; son deuxième après "Tom Á La Ferme" pour, encore une fois nous parler de la famille. C'est son thème de prédilection! Si vous voulez en savoir plus sur ses précédentes productions  cliquez-ici.

On parle souvent de cating 5 étoiles pour attirer le public et donner un argument parfois bidon sur le film. Dans ce cas-ci ce n'est pas du tout cela puisque certes, ce sont tous des acteurs de renom, mais Dolan a réussi à trouver l'équilibre parfait pour qu'ils soient tous au même niveau. Une famille avec de grands noms tels que; Gaspard Ulliel, Nathalie Baye, Léa Seydoux, Vincent Cassel et pour finir Marion Cotillard! Oui, quand on vous disait que c'est le gratin du cinéma français, on ne rigolait pas! 

Les présentations sont faites, passons à la réalisation; c'est comme à son habitude, calibré pour que chaque détail soit visible afin que le spectateur comprenne ce qui se passe et ce sans artifices. Les gros plans que Xavier Dolan apprécie tant sont de la partie, quoi de mieux pour monter la tension et les émotions de chacun? C'est là que la direction d'acteurs se montre efficace; il y a certes, un petit surjeu de temps à autre, mais dans l'ensemble notre famille est bouleversante! Les dialogues, enfin les joutes verbales sont d'une telle justesse que l'on est pris dans leurs conversations. Comme si l'on était le 6e membre de la maison. Le déchirement familial est si puissant avec cette mise en scène et cela transparaît à l'écran. Il a quelques tocs de réalisation; comme ces moments suspendus. Ici ce sont plus des flashs-backs pour en apprendre un peu plus sur Louis. Ils arrivent pile à temps pour souffler! La photographie est léchée et l'on voit que la patte du jeune homme est là.

CRITIQUE: "JUSTE LA FIN DU MONDE"
CRITIQUE: "JUSTE LA FIN DU MONDE"
CRITIQUE: "JUSTE LA FIN DU MONDE"

Les non-dits sont si nombreux que l'ont fini par les capter tant, c'est évident. Il joue beaucoup avec eux, le film est basé sur cette idée et tout se passe dans les yeux; d'où les gros plans! Juste avec l'expression des yeux qui sont les fenêtres de l'âme tout est dit. Le film regorge de symbolisme durant tout le long, mais c'est la scène finale qui remporte la palme tant, elle est troublante de vérité. Le temps joue un rôle important aussi, bref il maîtrise de ces instants comme personne et c'est bien là que Xavier Dolan est un auteur. Le seul petit bémol, ce sont les musiques qui sont de qualités, mais cette fois certaines sont de trop. La playlist est très bonne cependant, ce n'est qu'une goutte d'eau dans un océan bleu azur. 

La difficulté de s'adresser aux personnes que l'on aime et s'ouvrir pour dévoiler ses véritables intentions, c'est un point central du scénario et tous les personnages sont dans ce cas. Les plus travaillés sont Louis et Catherine qui dévoilent beaucoup sans en trop en dire. Quoi de plus difficile que d'être soi-même? Avec les siens bien sûr, c'est de ce qu'il est question dans "Juste La Fin Du Monde" et le film excelle dans ce domaine. L'humain et ses faiblesses, c'est ce que Xavier Dolan veut partager avec cette adaptation de la pièce de théâtre.    

"Juste La Fin Du Monde" montre une nouvelle fois tout le talent de Xavier Dolan, être hué à Cannes pour une oeuvre pareille c'est invraisemblable et il signe encore une fois, un film fait avec coeur qui dévoile les faiblesses de l'homme face aux siens. Á la fois délicat et brut ce long-métrage est dans cohérent par rapport à la filmographie qu'il poursuit. 

Note:   (4/5)

 

Courtesy of Diaphana Distribution

Partager cet article