Planète Cinéphile

Cette semaine

L'AUTRE SORTIE DE LA SEMAINE : "LES GARCONS ET GUILLAUME, A TABLE !"

LGEGAT.jpg

 

 

Mercredi 20 Novembre 2013, 7 sorties cinématographiques à retenir cette semaine. "Capitaine Phillips" de Paul Greengrass, le très bon "Borgman" d'Alex Van Warmerdam (que nous avions vu en sélection officielle lors du dernier Festival De Cannes), "La Maison A La Tourelle" d'Eva Neymann. Egalement à l'affiche, la ressortie en salle du désormais classique "Mépris" de Jean-Luc Godard, qui fête, cette année, son 50ème anniversaire. Une soirée spéciale est d'ores et déjà prévue ce Mercredi, au Cinéma 'Le Nouveau Latina' - suivi d'un concert surprise, après la projection du film !

 

  

Autre sortie en version restaurée, celle de "In The Land Of The Head Hunter". Un chef-d'oeuvre ou plutôt un trésor documentaire datant de 1914, réalisé par Edward S. Curtis, sur les indiens d'Amérique du nord.

 

 

Sans oublier, une double sortie du distributeur français Gaumont qui nous propose un film d'animation pour Noël, "L'Apprenti Père Noel Et Le Flocon Magique" de Luc Vinciguerra, ainsi que la comédie "Les Garçons Et Guillaume, A Table !" - premier long métrage du comédien et sociétaire de la Comédie-Française, Guillaume Gallienne.

 

"Les Garçons Et Guillaume, A Table !", film sélectionné lors de la Quinzaine Des Réalisateurs, n'ayant pas eu le temps de le voir à Cannes, j'ai découvert le film la semaine dernière, lors de l'ultime édition des HIMYB de Noël - dont je profite de l'occasion pour saluer l'organisation.

 

Autre film majeur, de cette année 2013, à traiter du thème de l'homosexualité mais qui ne sert pas les mêmes intentions que, par exemples, "La Vie d'Adèle" ou "L'Inconnu Du Lac". A première vue, l'objet filmique peut sembler étrange puisqu'il s'agit, à la fois, d'une autobiographie cinématographique (on a plus l'habitude d'une biographie, communément appelé biopic au cinéma) mais, également d'une adaptation, celle de la pièce de théâtre écrite par son auteur, Guillaume Gallienne. Ce qui ne suffit pas à celui-ci puisqu'en plus de signer l'adaptation et la réalisation de l'oeuvre, Guillaume Gallienne va interpréter non seulement son propre rôle mais, également, le rôle de sa mère en la parodiant. Une sorte de performance artistique. Performance qui révèle une mise en place assez lourde au début et dont on ne saisit pas tout (non, encore un film sur le théâtre filmé ?!), mais qui arrive à nous surprendre par l'habileté du système de narration construit autour du flashback.

 

Oeuvre viscéralement profonde s'il en est, où Guillaume Gallienne se livre librement et totalement, offrant au spectateur une certaine pureté à la fois dans le parti pris et le propos - assez émouvant d'ailleurs. La vraie réussite du film résidant, non pas dans la découverte de la nature profonde du protagoniste en rapport avec le monde extérieur mais, dans le chemin parcouru pour arriver jusqu'à eux - avec à la clé, de nombreux bouleversements personnels. Je serai, en revanche, beaucoup plus critique sur la platitude du récit filmique (à savoir comment l'histoire est racontée), composé de longueurs dans les séquences (montage ?) et un manque d'imagination dans le language cinématographique à proprement parlé - il s'agit d'une comédie filmée le plus simplement du monde, en cela ce n'est pas un métrage de réalisateur mais davantage un métrage de scénariste, dialoguiste (l'adaptation d'une pièce de théâtre au cinéma) et de directeur d'acteurs (avec de très bons seconds rôles). Une histoire de révélations; à voir forcèment !

 

Note :  (3,5/5)

 

Synopsis : "Le premier souvenir que j’ai de ma mère c’est quand j’avais quatre ou cinq ans. Elle nous appelle, mes deux frères et moi, pour le dîner en disant : "Les garçons et Guillaume, à table !" et la dernière fois que je lui ai parlé au téléphone, elle raccroche en me disant : "Je t’embrasse ma chérie" ; eh bien disons qu’entre ces deux phrases, il y a quelques malentendus."

 

Sortie (France) : 20 Novembre 2013


 

 

Courtesy of Gaumont Distribution

Partager cet article