Planète Cinéphile

Cette semaine

CANNES QUOTIDIE 2010 - MARDI 18

11.jpg12.jpg

13.jpg

 

Jamais deux sans trois, telle est la devise du jour ! Trois films officiellement présentés ce Mardi 18 donc, avec : "Copie Conforme" d'Abbas Kiarostami, "Des hommes et des dieux" de Xavier Beauvois et "Tamara Drewe" de Stephen Frears (hors-compétition). 

 

Treize ans après la Palme d'Or pour "Le Goût de la Cerise", le cinéaste iranien Abbas Kiarostami revient cette année nous dévoiler son dernier long métrage intitulé : "Copie Conforme". Ce drame romantique nous dépeint l'histoire d'un écrivain anglais (William Shimel, baryton qui endosse son premier rôle de comédien au cinéma) qui donne en Italie, pour la sortie de son dernier livre, une conférence sur les relations entre original et copie en art. Il rencontre une galeriste française (Juliette Binoche), qui vit avec son petit garçon et qui va l'entraîner dans les ruelles d'un village du sud de la Toscane, en Italie. La jeune femme le fait passer pour son mari, ce qu'il devient. 
En quarante ans de carrière, "Copie Conforme" est le premier film à être tourner à l'extérieur du pays d'origine du cinéaste, l'Iran. Durant 1h45, le film nous questionne sur la relation entre deux êtres, la possibilité d'amour entre un homme et une femme. "Ce couple est indescriptible, innommable et indicible et il l'est pour lui-même. C'est ce qui fait tout le tragique de l'existence et de la relation amoureuse", a précisé le réalisateur lors de la conférence de presse. Moins politique et engagé que ces précédents films ("Au travers des oliviers", "Ten"), Abbas Kiarostami signe un film poétique, mélancolique et ternaire. L'unique intérêt du film réside dans l'inconnue, à aucun moment on ne sait à quoi s'attendre ou ce qui resultera de cette rencontre fortuite. Teinté d'amertume, "Copie Conforme" marque une nouvelle étape dans la filmographie du metteur en scène du "Vent nous Emportera" (1999). 
Le film sortira ce Mercredi dans toutes les bonnes salles françaises.

 

Dernier film français en compétition officielle cette année, "Des hommes et des dieux" de Xavier Beauvois. Après avoir remporté le prix du jury en 1995, pour "N’oublie pas que tu vas mourir", le réalisateur du "Petit Lieutenant" s'intéresse cette fois au destin tragique de sept moines enlevés en Mars 1996 dans leur monastère isolé situé près de Medea, à 90 km au sud d'Alger, une région où les tueries étaient alors fréquentes. Le GIA de Djamel Zitouni avait revendiqué l'enlèvement et l'assassinat et leurs têtes retrouvées le 30 mai au bord d'une route de montagne. Depuis, la déclassification de documents a laissé ouverte la piste d'une "bavure" de l'armée algérienne, révélée aux juges chargés de l'enquête par l'ancien attaché de défense français à Alger, le général François Buchwalter. Rythmée par la prière et les tâches quotidiennes, cette existence paisible est menacée par l'irruption de la violence, avec les assassinats imputés à des groupes islamistes d'une part et les représailles de l'armée de l'autre. Lorsque le supérieur, Christian (Lambert Wilson) refuse la protection de l'armée malgré l'imminence du danger, le doute et la peur assaillent les moines. Faut-il partir, abandonner le village à son sort ou résister à la terreur ? Si le plus âgé, Amédée (Jacques Herlin) doute, Christophe (Olivier Rabourdin) sent sa foi ébranlée, et Paul (Jean-Marie Frin) s'aperçoit que sa vie est en Algérie. Le médecin, Luc (Michael Lonsdale, remarquable) médite une pensée de Pascal : "Les hommes ne font jamais le mal si complètement et joyeusement que lorsqu'ils le font par conviction religieuse". Accusant la folie humaine, le film nous dresse un beau portrait d'hommes de foi, d'amour et de liberté. Philosophique (stoïcisme ?), salutaire et épuré, le propos du réalisateur se veut limpide et efficace (le scénario). Bref, une vrai belle réussite cinématographique qui ne demande qu'à être récompenser ! On saluera au passage le travail du décorateur Michel Barthélémy, récompensé par un César ("Un Prophète" de Jacques Audiard), pour son travail de restitution du monastère de Tibhirine. "Des hommes et des dieux" de Xavier Beauvois sortira le 8 Septembre 2010.

 

Pour finir, quelques mots sur le projet d'adaptation cinématographique du britannique Stephen Frears qui nous dévoile, hors-compétition : "Tamara Drewe". Librement adaptée de la bande dessinée éponyme de Posy Simmonds, l'histoire se déroule dans la campagne anglaise où une journaliste retourne dans son village qu'elle a fui lorsqu'elle était adolescente complexée. Devenue une jeune femme au corps sculptural et munie d'un nez tout neuf, elle attise convoitise et jalousie. Comédie légère, énergique et joviale, le nouveau long métrage de Frears s'inspire des westerns spaghetti de Sergio Leone et s'amuse des rockeurs, écrivains et adolescentes. Et, ce ne serait pas vous mentir que de vous dire que la très charmante Gemma Arterton ("Quantum of Solace") porte le film !  "Tamara Drewe" sortira le 14 Juillet prochain. Découvrons le premier extrait ensemble ...

   

 

  * BONUS DU JOUR :

 

Vous l'avez reconnu ? Oui, il s'agit bel et bien de la comédienne américaine Naomi Watts qui interprètera prochainement la beauté incarnée et éternelle, Marylin Monroe ("Certains l'aiment chaud" de Billy Wilder - 1959) ou un biopic inspiré des mémoires imaginaires de Joyce Carol Oates "Marilyn Monroe". L'histoire du film retracera son voyage de l'enfance de Norma Jeane au sex-symbol connu dans le monde entier, jusqu'à sa mort tragique à 36 ans en 1962. Ce futur long métrage devrait être réalisé par Andrew Dominik ("The Assassination of Jesse James by the Coward Robert Ford"), pour un tournage qui débuterait en Janvier 2011.

 

Naomi-Watts-As-Marilyn-Monroe.PNG

 

 

 

Courtesy of AFP, Allociné, The Playlist & Le Festival de Cannes

Partager cet article

Repost0