Planète Cinéphile

Cette semaine

#DEAUVILLE2015: JOURS 1 & 2 ("KNOCK KNOCK")

#DEAUVILLE2015: JOURS 1 & 2 ("KNOCK KNOCK")
#DEAUVILLE2015: JOURS 1 & 2 ("KNOCK KNOCK")

Chèrs Cinéphiles,

 

Bien que la cérémonie d’ouverture fut assez sage comparée aux années précédentes, la première journée de compétition a été sportive. Le déluge qui se déversait sur Deauville a mis nos nerfs à vif. Trente mètres de file avant d'atteindre la salle de l’auditorium: il faut vraiment être passionné, courageux et parfois trempé, sans compter les films que nous avons vu ce Samedi 6 Septembre et dont voici les premières critiques.

 

"Life", réalisé par Anton Corbijn, a tout du film intéressant à notre humble avis. Reste à l’exploiter de la meilleure des façons. Ce film retrace un événement particulier et majeur de la vie de James Dean (interprété par Dane Dehaan) à travers le point de vue de Dennis Stock, interprété par Robert Pattinson (qui n’a pas pu faire le déplacement malgré son hommage) photographe pour Life Magazine. Mise à part une belle performance des deux acteurs, le film met du temps à démarrer et à trouver un bon rythme. Le sujet étant bon mais, hélas, mal exploité. Nous suivons, Stock dans sa quête du photo reportage exceptionnel de James Dean. Tout le monde connaît James Dean en tant qu’idole des jeunes de la fin des années 1960 mais le film nous invite à découvrir la « face cachée » du mythe. On y découvre un acteur paresseux, perdu et torturé qui accepte bien malgré lui de poser sous l’œil de Stock, sept mois avant sa mort tragique au volant d’un bolide. Cette disparition soudaine participera à faire naître la légende de l’homme et assurera la reconnaissance du photographe. Cependant le film ne va pas jusque-là et nous trouvons dommage qu’il n’aille pas plus loin, malgré une image très belle à l’écran. Dane Dehaan nous frappe par son interprétation et on voudrait un peu plus de corps à ce scénario. Ceci dit, il y a peu de films évoquant James Dean et nous avons apprécié de « découvrir » cet être étrange et très charismatique. (Note: 2,5/5) - Sortie: 9 Septembre 2015.

 

"The Green Inferno", réalisé par Eli Roth est... Comment le dire avec des mots, un film très imagé et horrible (âme sensible s’abstenir). « Une horreur ou un honneur » comme dirait le réalisateur qui a fait un certain lapsus en essayant de présenter son film. Nous n'avons pas particulièrement aimé ce film. Nous apprécions guère les films d’horreur en général, mais nous ne considèrons pas "The Green Inferno" comme étant un film d’horreur. Nous dirions plutôt que c’est un film gore ! Bien qu’on suive pendant la première heure du film un groupe d’étudiants Américains travaillant pour une organisation bénévole pour sauver une civilisation perdue dans la forêt Amazonienne, nous ne voyons pas une goutte de sang, oubliant presque le genre du film. Une fois ce groupe prisonnier par cette même tribu Amazonienne qu’ils étaient venus secourir, nous comprenons pourquoi ce film est interdit aux moins de seize ans. Les scènes gore du film nous ont été insupportables. Même si la salle se vidait à vue d’œil, nous voulions rester jusqu’à la fin afin de comprendre l’intérêt d’un tel film. Ceci étant dit, certains spectateurs l’ont trouvé très drôle. En partageant notre ressenti avec d’autres, nous avons découvert que beaucoup avait rit. Voilà peut-être la plus grande faiblesse de ce film qui ne sait pas où réellement se situer entre l’humour second degré, absurde et le genre horreur. Néanmoins le film dresse un portrait acerbe et particulièrement drôle des dessous des organisations activistes écolos et pose la question de « l’engagement » par le geste ou la pensée. Ce film trouvera certainement son public bien que nous n’en fassions pas parti. Bonne projection aux fans du genre comico gore ! (Note: 2/5) - Sortie: 16 Octobre 2015, en e-Cinema.

 

"Knock Knock", également réalisé par Eli Roth et projeté en avant-première mondiale à Deauville, est un thriller psychologique, un huit-clos sanglant et angoissant. Le spectateur rentre dans l’esprit de Keanu Reeves et tremble pour lui. Un soir, Evan (interprété par Reeves) seul à la maison, ouvre sa porte à deux jeunes femmes dans le « besoin ». Evan représente la réussite à l’américaine (architecte, une belle femme artiste et reconnue, deux beaux enfants bilingues) – en deux mots: la famille parfaite. Au premier abord, rien ne semble anormale. Evan est plutôt content de faire face à deux belles jeunes filles (l’ego du mâle !). Ceci étant dit, nous découvrons très rapidement leurs personnalités. Deux jeunes filles très obsédées par la sexualité. Malgré plusieurs tentatives de séduction infructueuse pendant les quarante-cinq minutes d’attente pour que le taxi arrive, elles finissent par pousser Evan au vice alors que le taxi vient d’arriver. Il se retrouve pris au piège dans un chantage vicieux et diabolique duquel il essaiera de s’extirper. A l’inverse de "The Green Inferno", il n’y a qu’une seule goutte de sang tout au long de ce film. Ce n’est pas un film d’horreur, ni gore, mais bien un thriller psychologique agrémenté d'instants comiques. (Note: 3,5/5) - Sortie: 23 Septembre 2015.

 

Des trois films du jour, "Knock Knockest assurément celui que nous recommanderions le plus, mais ceci se base seulement sur la sélection du jour et non sur la durée du festival. Prochain point Mercredi.

 

Courtesy of Festival du Cinéma Américain Deauville & Synergy Cinéma

 

Partager cet article