Planète Cinéphile

Cette semaine

GRAND ANGLE... SPÉCIAL HALLOWEEN

GRAND ANGLE... SPÉCIAL HALLOWEEN

Le genre horrifique c’est bien celui qu'on connaît le moins, Halloween étant un moment incontournable, on a décidé de ne pas mourir inculte et donc de s’attaquer au sujet. Ce n'est donc pas du tout une liste exhaustive et on ne prétend pas avoir compris tout de l'horreur, qu'on se le dise !

Ce dossier va donc être rédigé par des néophytes qui découvrent ce genre; on a choisi dix films qui nous ont semblés être des classiques pour être les plus neutres possible. Donc ne vous attendez pas à découvrir des perles, on essayera juste de décrire ce pan du cinéma. On a décidé de couvrir très grossièrement cinquante années d’horreur pour avoir un avis global. Quand on parlait d'horreur on pensait avoir des frissons et se sentir mal à l'aise, peut être est-ce la maturité, mais on a quasiment jamais eu peur devant un long-métrage que l'on va évoquer ici. Alors certes, l'angoisse a différentes facettes et même si on n'a pas été surpris par tel ou tel artifice c'est bien sûr l'ambiance que dégage l'oeuvre qui nous a interpellé.

GRAND ANGLE... SPÉCIAL HALLOWEEN

Voici ci-dessous la liste des films visionnés pour l'occasion.

"La Nuit Du Chasseur": 1955

"Psychose": 1960

"L'Exorciste": 1973

"Massacre À La Tronçonneuse": 1974

"Dawn Of The Dead" ou "Zombie": 1978

"Halloween": 1978

"Les Griffes De La Nuit": 1984

"L'Échelle De Jacob": 1990

"Ringu": 1998

"Morse": 2008

GRAND ANGLE... SPÉCIAL HALLOWEEN

Détailler chacun d'entre eux serait bien trop long, on a donc fait un condensé de tout ce qu'on a vu. La religion ou le mythe fait partie intégrante du genre dans tous; sans exception. Comme si le surnaturel était inexplicable et donc on s'en remet aux diverses croyances pour tenter d'expliquer les événements des différents films. Certains y arrivent comme "Les Griffes De La Nuit" ou "L'Echelle de Jacob" on ressent très bien cette part d'étrange qui faut bien l'avouer fonctionne. Le mystère qui se dégage est lui aussi bien géré pour la plupart d'entre eux. C'est le suspens qui permet ce questionnement et créé ou non l'angoisse chez le spectateur. 

Car oui la mise en scène c'est la clé de la réussite et un film mal dosé pourra vite ennuyer ou au contraire un film calibré au millimètre près sera efficace de bout en bout. "Psychose" est si bien pensé que chaque rebondissement enrichit l'histoire. De l'autre côté "Zombie" lui n'a pas d'enjeu suffisant pour créer de l'empathie pour ses personnages. Il y a trop de moments où ils cherchent de nouvelles 'activités' et pas de chance ça traine en longueur et donc ça finit par agacer. La surprise et non le jumpscare aide vraiment au renouvellement de l'intérêt dans l'horreur. 

Il y a beaucoup de choses dans la mise en scène, mais l'un des aspects les plus importants c'est bien évidemment la musique. Souvent c'est elle qui mène la danse et donc qui définit le rythme global du long-métrage. En général c'est bien calibré pour arriver à nous surprendre, mais "L'Exorciste" qui est presque plus connu pour sa bande-son que son histoire est passé à côté de sa principale qualité. Tout le monde à déjà entendu cette partition angoissante et dans le film elle n'apparaît qu'au début et à la fin, sans jamais être présente dans un moment crucial qui pourrait changer du tout au tout. Sinon dans tous les autres elle donne une sensation de claustrophobie. Enfin pas tous, mais ceux qui se déroulent dans des endroits exigus.

GRAND ANGLE... SPÉCIAL HALLOWEEN

L'argent est aussi un élément important. Dans "La Nuit Du Chasseur" et "Psychose" c'est le McGuffin de l'intrigue (l'élément déclencheur). Ce sont donc les deux premiers films de la liste et on voit bien que dans les années cinquante, soixante c'était un artifice utile pour raconter une histoire de serial killer. Dans les décennies qui suivent ce n'est plus un élément central, c'est le côté sombre de l'homme qui sera mis en avant.

Nos fameux tueurs. Car oui que ça soit dans "Halloween" ou "Massacre à La Tronçonneuse" ce sont eux les vedettes. Ils n'expliquent pas le pourquoi du comment ils tuent, mais leur importance à l'écran est si grande qu'on se sent prit au piège. Comme les protagonistes qui sont victimes de ces fous on reste impuissant face à l'horreur que dégage ces types. Pour le coup, c'est ce qu'on trouve le plus intéressant dans l'horreur; cette capacité à rendre le spectateur vulnérable face à ses monstres.

L'horreur peut prendre plein de formes et le fantastique est une piste intéressante. Elle permet de montrer un autre aspect de ce qu'on appelle l'angoisse. Que ce soit "Morse" ou "L'Échelle de Jacob" ce sont deux bons exemplesLe premier se concentre sur une histoire d'amour avec un côté vampire en fond. Alors non, on n'est pas dans "Twilight"... Ici, le fantastique est subtilement amené pour se fondre dans le récit et apporter sa patte au film. Ldeuxième est beaucoup plus psychologique et il montre les horreurs de la guerre avec une intelligence rarePeu de films du genre ont si bien traité le sujet. Il y a tout un côté détraqué dans l'esprit de Jacob qui s'explique dans le récit et c'est une utilisation très maline du fantastique pour expliquer la réalité.

GRAND ANGLE... SPÉCIAL HALLOWEEN

Que serait un bon film d'horreur sans les victimes ? Ils ont aussi leurs rôles à jouer dans ces histoires, d'une certaine manière ils alimentent le fil conducteur et ces petits, sans réelles défenses permettant aux spectateurs de prendre un malin plaisir dans leurs malchances. 

Pour conclure, alors oui il y a beaucoup de films US ! On a essayé de prendre en gros ceux qui étaient les plus connus, on le sait bien, il en manque plein. Ce qui est intéressant c'est l'évolution de l'horreur à travers cinquante années. On a volontairement décidé de ne pas parler de tel ou tel film qui est plus dans le gore sinon on en finit pas. La peur est propre à chacun, mais la façon de la gérer dans un film c'est ça qui nous a plu de voir, et même si on n'a pas spécialement aimé tout ce que l'on a vu. On doit bien reconnaître qu'ils arrivent tous à bien mettre en scène cette fameuse peur...

Courstey of Columbia PIctures, United Artists, Paramount Pictures, Warner Bros. inc. Bryanston Distribuing Éditions, René Chatau, Warner-Columbia, Film New Line Cinéma, TriStar, Toho Compagny Ltd. et La haut, Haut Court & Chrystalis Films

Partager cet article